Récemment lus :

Yannick Haenel
Gabrielle Wittkop
Eric Maria Remarque
Régis Debray
Kamel Daoud
 Voltaire
Amélie Nothomb
Dominique de Villepin
Aimé Césaire
Gaëlle Nohant
Exigence : Litterature


17 ans !

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     
Exigence: Litterature Publications
NÉGRITUDE ET FLEUVITUDE


NÉGRITUDE ET FLEUVITUDE
Et autres observations littéraires

Liss KIHINDOU

Préface de Boniface Mongo-Mboussa

Collection « Culture Africaine » ; Série « Études Littéraires »
ISBN : 978-2-343-09360-4 • 11,50 € • 80 pages

Négritude et Fleuvitude interroge l’importance du fleuve dans la littérature congolaise ainsi que les liens que ce nouveau courant littéraire, dénommé « la Fleuvitude », entretient avec la Négritude. L’auteur fait également part de ses réflexions sur le legs que transmettent les écrivains à la société. L’histoire littéraire serait-elle sélective ? Pourquoi, de deux auteurs ayant vécu à la même époque et ayant autant de mérite l’un que l’autre, l’histoire privilégiera davantage l’un que l’autre, comme c’est le cas avec Sony Labou Tansi et Sylvain Bemba ? La destinée d’une œuvre littéraire dépend-elle de la maison où celle-ci a été publiée, des lecteurs ou de la critique ? Autant de questions qui traduisent le regard que Liss Kihindou porte sur la littérature congolaise.

--------------------------------------------------------------

« Ce livre est, dans l’ensemble un panorama-bilan, puis un tombeau (J.B. Tati- Loutard, S. Bemba, D. Biyaoula, etc.), avant d’être un exercice de lecture dans lequel Liss Kihindou dialogue avec Gabriel Okoundji, Sauve-Gérard Goma Malanda, Emilie Flore Faignond et Aimé Eyengue, l’inventeur de la Fleuvitude. En filigrane, le livre scelle l’union entre les morts et les vivants autour du fleuve. »
(Extrait de la Préface de Boniface Mongo Mboussa, page 8)

***

« Je ne considère pas la littérature comme un village avec un seul fauteuil pour le roi, les autres étant appelés à n’être que des sujets. Je la vois plutôt comme la table-ronde des chevaliers, dans la légende du roi Arthur, que les romans de Chrétien de Troyes font revivre. Du moment qu’ils se sont distingués par leurs actes de bravoure, les chevaliers sont tous accueillis à cette table circulaire avec les mêmes égards. »
Extrait de « Sylvain Bemba, l'oublié », page 22.



http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=50638&motExact=0&motcle=&mode=AND


Toutes les annonces de cette rubrique Passer une annonce dans cette rubrique