Récemment lus :

Patrick Modiano
Catherine Gil Alcala
Marc Villemain
Jean Marie Gustave Le Clezio
Yannick Haenel
Gabrielle Wittkop
Eric Maria Remarque
Régis Debray
Kamel Daoud
 Voltaire

17 ans !

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     
Exigence: Litterature Manifestations

Toutes les annonces de cette rubrique
Passer une annonce dans cette rubrique


Soirée de poésie classique japonaise


PO&PSY vous invite cordialement à une Soirée de poésie classique japonaise, jeudi 9 novembre 2017 à 19h, à la Maison-Théâtre des Littératures à voix haute, 26 rue de la République, 30000 Nîmes - 04 66 62 06 66.

Lors de cette soirée, po&psy proposera un parcours dans la poésie japonaise du 15ème au 20ème siècles à travers trois volumes de sa collection.

La présentation sera assurée par Danièle Faugeras et les lectures seront bilingues grâce aux voix de Shina Y.Toda et Danièle Faugeras.

Une dégustation de thés japonais est prévue à l’issue de la soirée en partenariat avec Palais des Thés.

Au programme :

- Sôgi, Shôhaku, Sôchô, "Trois voix à Minase"
Ce renga (forme canonique à l’origine du haïku), composé un jour de 1488 par le maître Sôgi et deux de ses disciples, est resté à la postérité comme un modèle du genre. À travers ces allusions qui s’enchaînent de la façon la plus subtile, c’est toute la condition humaine inextricablement mêlée à son environnement proche ou lointain, prise dans la marche inexorable du temps qui est saisie, condensée en 250 vers rigoureusement métrés, modèle de virtuosité de l’écriture brève.
"
- Issa, "Pas simple en ce monde d’être né humain"
Le recueil propose, dans une traduction nouvelle, une sélection de haïku écrits à la fin du 18ème et au début du 19ème siècles par le « moine laïc Issa du temple haïkaï », comme il se définissait lui-même. Alliant une quête profonde mais discrète selon la voie du zen à l’observation concrète, parfois triviale, des manifestations du quotidien, cette poésie invite avec émotion et humour à consentir à l’imprévisible du monde.

-Kaneko Misuzu, "Au bout de la mer"
Kaneko Teru est née en 1903 à Senzaki, dans une famille cultivée liée au monde de la librairie et du livre. Son nom de plume, «Misuzu» (qui évoque une recherche d’évasion dans le monde invisible)est la clef de son œuvre, elle dont la très brève vie conjugale fut un désastre, au point qu’elle se suicida à l’âge de 26 ans. C’est en 1982 que furent découverts les 2 carnets de 512 poèmes qu’elle a laissés, lesquels s’inscrivent dans l’important mouvement de littérature enfantine qui a vu le jour au Japon en 1911.


http://poetpsy.wordpress.com