Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


Bienvenue dans Adobe GoLive 6

A propos de La jeune fille à la perle, François DANGERS
f-h M-C éditeur.


Ce roman démontre comme jamais combien l'art érotique, ici très fin et précis, relève du rituel initiatique. Alors, chaque élément est compris dans un rituel symbolique où tout est calculé, précis comme l'air d'opéra dont il est question, afin de passer, initiatiquement, d'un état ancien à un état nouveau, totalement et pour toujours régénéré, purifié. Donc, mourir à un état, avec toute la représentation de la décadence qu'il faut, pour vivre dans un autre état puissamment attractif comme la puissance de la Harley Davidson qui préfigure l'engin propulsant dans la Nouvelle Galaxie. Requiem.

Tout est symbole, en quelque sorte, dans ce roman érotique. Cela se passe en un jour, pas n'importe lequel, le jour du solstice d'été, qui suggère la révélation apocalyptique de St Jean ici à travers trois splendides jeunes filles, Xi-Xi d'Asie, Fozia d'Afrique, Cheyenne d'Amérique, accompagnant celle qui incarne la Jeune Fille à la perle, Morgane, la pureté signifiée par cette perle, ses cheveux blonds de déesse celtique, ses yeux bleus, bref la pureté du commencement éternisé. Le séducteur, au cours de cette initiation, évoque les mille femmes qu'il a séduites et abandonnées mortes pour certaines, comme s'il se purifiait de ses métaux.

Initiation à travers ce roman érotique, où il ne s'agit que d'une chose, rejoindre le berceau, la matrice, y être régénéré dans cette Nouvelle Galaxie qui est rejointe à la fin du récit , mieux que la mère n'a pu le faire. Le séducteur ne veut pas être propulsé dans le cycle de la reproduction, c'est ce qu'il ne cesse de dire avec les mille femmes qu'il a séduites et abandonnées, et c'est ce qu'il dit à la Jeune Fille à la perle, celle qu'il a déviergée comme une initiation pour qu'elle désire la même chose que lui, cette même lune pleine du commencement éternel, en retenant son éjaculation. Son éjaculation, et la question de la lenteur, de la retenue, dans ce roman érotique, vise à dire que c'est seulement lui-même qu'il veut engendrer-reconduire dans le berceau matriciel à jamais.

Le château de Versailles, sa galerie des Glaces, son parc, tout cela protégé de l'extérieur dévasté comme représentation d'un désinvestissement pour se retirer dans le berceau en trouvant la Jeune Fille à la perle qui seule peut lui offrir cela, batterie anti-missiles, satellite et ses rayons-laser pour empêcher toute intrusion, tout ce symbole de l'Ancien Régime représente la référence unique, royale, ancienne matrice, pour la Nouvelle Galaxie (le mot lait dans galaxie) apportée par la femme-fée celtique, la seule, l'unique, pour des épousailles, sans doute, bien au-delà de cette petite vie dévastée par la corruption. C'est dans ce château que la Jeune Fille à la perle fêtera ses vingt ans. La Nouvelle Galaxie prend l'empreinte de la Galaxie de l'Ancien Régime, de l'ancienne matrice-berceau.

Alors, les autres symboles prennent tout leur sens. La rencontre de la Jeune Fille à la perle incarnée à l'Arc de Triomphe, qui est comme la révélation apocalyptique, le coup de foudre, puis la Grande Arche qui symbolise le berceau.

Oui, ce roman est écrit avec la précision d'un opéra, pour un voyage vers la galaxie celtique de l'au-delà qui soit comme le berceau matriciel régénéré, lorsque la lune pleine du désir de retour intra-matriciel de Juan se rencontre avec cette lune pleine qu'est la pure Jeune Fille à la perle, Morgane.

                                                                                                                             Alice Granger