Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


Dialogue entre poète et sculpteur, en cinq carnets, dialogue souterrain profond entre une Oeuvre vue et les mots d’un poète, entre inspirations et respirations : Rodin / Rilke

Rainer Maria Rilke : "Rodin", La Porte de l'enfer

 

Dialogue entre poète et sculpteur, en cinq carnets, dialogue souterrain profond entre une Oeuvre vue et les mots d’un poète, entre inspirations et respirations : Rodin / Rilke.

La Porte de l'enfer, Bronze d'Auguste Rodin, nous mène aux portes de ses inspirateurs : de  Dante à Baudelaire. Rilke trace ce chemin qui mena Rodin à travailler La Porte de l'enfer pendant vingt ans. Dans ce petit livre(premier carnet consacré à RODIN) d'une pureté poétique inégalable, Rilke plonge dans les sensations du sculpteur, mis face au gigantisme des impressions ressorties de la lecture de La Divine comédie, mis face à « l'architecture » poétique d'un Baudelaire. Cette description fait acte de la genèse de l'Oeuvre de Rodin en travail, et de ses pré-textes/pré-sculptés.

Il suffit de jeter un regard sur cette Porte, il suffit de voir ce qu’il s’y joue, d'entendre ce qu’il s’y dit, et d’écouter Rilke :

"Ici l'humanité endure une faim au-delà d'elle-même.

Ici des mains se tendent vers l'éternité.

Ici des yeux s'ouvrent, regardent la mort et ne la redoute pas. Ici se déploie un héroïsme sans espoir dont la gloire comme un sourire vient et va, fleurit et se brise comme une rose."(P.11)

 

[Collection QUADRANGLE :Rainer Maria Rilke,  "Rodin", La Porte de l'enfer, Châteauroux, 1997.]