Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


A propos de Simone Weil, Georges Bataille écrit, « Elle avait bien peu d’humour, pourtant je suis sûr qu’intérieurement elle était plus fêlée, plus vivante qu’elle ne croyait elle-même

Simone Weil,

« Quelques réflexions autour de la notion de valeur  [1] »

 

 

A propos de Simone Weil, Georges Bataille écrit, « Elle avait bien peu d’humour, pourtant je suis sûr qu’intérieurement elle était plus fêlée, plus vivante qu’elle ne croyait elle-même.  [2] »

Philosophe, disciple d'Alain, Simone Weil naît en 1909 à l'aube d'un siècle de traviole ou tout fout le camp... "Quelques réflexions sur la notion de valeur" naissent de considérations provocantes tenues par Valéry lors d'un cours de poétique au Collège de France, probablement au tout début des années 40. Simone Weil note dans son cahier "Valéry : cours de poétique. Commence par faire entièrement abstraction de toute considération de valeur (alors qu'il ne s'agit que de valeur), puis décrit. Procédé très instructif (mais comme procédé) pour déceler la marque en creux de la valeur."

On ne peut penser sans valeur, on ne peut agir sans valeur puisque toute action est le résultat d'une tension de l'être vers quelque chose, vers "quelque bien" écrit Simone Weil. Ce "bien", il faut sans doute l'entendre en comprenant les différentes acceptions que ce terme comporte. Ce "bien" peut être une valeur en tant qu'il s'oppose au "mal" ; mais il peut aussi être pris comme une "chose" - comme on parle de ses biens, dans le sens d'acquis ou dans le sens de prix. Cette valeur peut donc s'entendre comme sens de la pensée, mais aussi dans un sens matériel. Et si ce mot de valeur porte en soit ces diverses notions, c'est parce qu'elles ne font qu'une. La valeur de la pensée ne vaut que par cette ascension vers une réalisation, seulement par cette tension, fut-ce cette pensée contradictoire. Eliminer les contradictions essentielles de la pensée ? "c'est ici que Valéry a raison", conclue Simone Weil : cette entreprise n'a de valeur que poétique.


Amélie Averlan
26/03/2003



[1] « Quelques réflexions autour de la notion de valeur », in Œuvres, Chapitre I « La marque d’ Alain », Quarto Gallimard, 1999, p. 119.

[2] « La Victoire militaire et la banqueroute de la morale qui maudit », Critique, n°40, septembre 1949 ; repris dans Articles I, 1944-1949, in Œuvres complètes, Gallimard, 1988.