Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


Pirotte, Rue des Remberges

Rue des Remberges
Jean-Claude Pirotte
Le temps qu’il fait
42 pages, 7,5 €



Un texte tendre emprunt de nostalgie et de poésie, qu’attendre d’autre de Pirotte ? Pas de déception donc. Il s’agit ici d’une ballade, d’une visite, d’un tableau, du panorama, de l’univers littéraire où s’épanouit l’écrivain, le lecteur, le paresseux Pirotte. Car cet état il le revendique, immédiatement, mais avec nonchalance, avec une vigoureuse indolence bercée par les arbres ; cette paresse, il l’affectionne comme un élément, fonctionnel certes car moteur de l’état d’âme, allant de soit au milieu de ces provinces calmes qu’il chérit et que lui ont appris à aimer les auteurs paysagers, ses compagnons et ses modèles, ses maîtres.

Pirotte veut-il écrire un texte sur la rue qui abrite sa demeure qu’il se laisse aller à un vagabondage digressif sur son style, sur ses inspirations, comme un enfant rêveur qui regarde à la fenêtre. On voit passer Dhôtel, Chardonne, Follain, Lubin, Thomas, Jaccottet… On y découvre les ponts entre l’auteur et ses références, notamment son goût de la description lente des lieux. Et bien qu’in fine on ne sache quasiment rien de la rue des Remberges, ce séjour d’où tout aujourd’hui nous parvient, ce sanctuaire ultime, tout en est dit au travers cette réminiscence des lectures, par cette évocation mélancolique des éléments fondateurs d’une écriture et au-delà, de la personnalité même de l’écrivain.

La flânerie reste le maître mot et la psychologie s’efface derrière l’espèce de sensualité tendre qui accompagne cette promenade, cette errance au grès des résurgences. L’ambiance s’approche du recueillement et les péchés que confesse Pirotte sont ceux d’une certaine idée de la littérature, celle des poétiques terroirs. Plus qu’une profession de foi, ce texte rend hommage ; plus qu’un aveu, c’est une déclaration, sans emphase, un regret aussi, emprunt d’une suave mélancolie, une lettre d’amour. Pour connaître mieux Pirotte : ce livre le découvre, et également incite à vagabonder au milieu d’une inappréciable famille d’esprit.



Philippe Castells
e-litterature.net©
07/2003