Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


Christine Angot

POUR ou CONTRE
Quitter la ville -de
Christine ANGOT


Contre.
Contre l'enterrement, le saccage, contre le cassage, contre la destruction. Contre l'ensevelissement d'un renouvellement de la vision.
Christine Angot a raison. Ce sont eux, les soi-disant intellectuels de la critique qui veulent l'enterrer, pas ses lecteurs. Et là, il y a un drame, il y a du tragique. Oui. Angot, Perec, il fallait à un moment attirer le regard sur la vérité. Or quelle est la vérité ? La vérité est : est-ce que vous voulez que je quitte la ville ? Est-ce que vous voulez que je quitte la scène ? Est-ce que vous voulez ma mort ? Voulez-vous ma mort, ou ma grâce ? Voulez-vous que je cours, voulez-vous que j'écrive, ou voulez-vous me faire taire, me faire fuir ? Car c'est bien de cela dont il s'agit. De la scène cruelle de la vie qui est désormais faite par les médias. Chienne de médias. Plus chienne de jalousie, de la part des auteurs, plus chienne d'envie des artistes qui se sentent menacés, se sachant loin d'une telle hauteur. De point de vue.
Il ne s'agit pas d'ériger Angot en Dieu. Il ne s'agit pas de déballer un tapis rouge, cela est laissé aux hommes d'Etat. On vous le laisse aux hommes d'Etat.
Pour ou contre Angot, pour ou contre Perec ? Voilà la question qui les intéresse, car ils aimeraient bien fermer la bouche de ces filles-là, d'ailleurs ils le font et le fête. Angot est un grand écrivain, un écrivain de haut niveau. C'est pour cela qu'ils la détestent, parce qu'elle attire tous les regards, comme Duras et comme Proust. Cela a toujours été comme ça, ils ont toujours détesté les gens qui avaient du talent. Ils sont contre. Elle a raison, Angot de leur renvoyer leur image, puisqu'ils la traitent de poissonnière. Christine, ne quitte pas la ville, je veux savoir que tes cris résonnent dans ma ville, sur la scène. Montpellier, la scène, Paris la scène. Ardisson, la scène. Elle a raison de dresser entre nous et elle un miroir. Car c'est cela « Quitter la ville », un miroir dressé devant la scène où tout le monde dit ce qui lui passe par la tête, sans réfléchir, sans raisonner, sans même plus vérifier, sans avoir tourné sa langue sept fois dans sa bouche.
Elle aurait pu faire autre chose, Angot, elle aurait pu être un grand avocat, mais d'une certaine manière, vous l'avez incitée à écrire. Pour ou contre un écrivain ça ne s'est jamais vu... Et ça se voit tout le temps. Les grands écrivains ne laissent jamais indifférent. Ils cassent pour reconstruire. Ils cassent. Proust a cassé, Duras a cassé. Ca ne veut pas dire que ceux qui ne cassent pas ne sont pas bons, ni que casser est bon par nature. Ca veut dire que quand derrière les bris de la vision habituelle, de la vie quotidienne, ils font apparaître autre chose, que l'on avait oublié de montrer, ou que l'on ne voulait pas voir, surtout pas, on peut dire qu'il s'est passé quelque chose. Qu'il y a eu renouvellement de la vision. Qu'il y a eu vision. Angot : l'Inceste.
Le travail d'un écrivain n'est pas de recoller les morceaux d'un miroir qui se brise, ni d'ajouter aux images quotidiennes, qui enferment la pensée dans l'idée d'un impossible changement, qui enferment le temps et les hommes dans le désespoir, mais d'en créer d'autres, c'est-à-dire : de se rendre aveugle, d'avancer comme Oedipe, yeux crevés et de voir le monde autrement. De voir ce que l'on nous cache par des images et par des discours, par de la rhétorique, par des constructions, et même textuelles. Pour ou contre qu'Angot quitte la scène ? Contre. Contre. Contre et contre. Ne jamais céder. Continuer à travailler. Un écrivain doit écrire. Angot doit écrire, laissez-la écrire. Il fallait bien quelques livres pour faire entendre la perversité que l'on doit supporter dans cette vie. Il fallait bien répéter puisque personne n'entendait, maintenant c'est fait. Angot a délivré son message et elle ne le doit qu'à elle, elle le sait. Elle va peut-être pouvoir se reposer, elle va peut-être pouvoir continuer, reprendre là où vous l'avez arrêtée.


Frédérique R.