Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


Amadou Hampate Ba

Il n'y a pas de petite querelle - Nouveaux contes de la Savane
Amadou HAMPATE BA - Stock 2000 - par Cortiou


Il s'agit d'un conte, récit merveilleux, récit d'aventures parsemé de leçons utiles, morales.

Derrière le ton "aimable", le cocasse des situations le conteur vous appelle à des réflexions bien sérieuses. En tout cas pour tous ceux qui veulent entendre et acceptent de traduire ces histoires anciennes en situations présentes. Par celui transcrit ici, il s'agit d'abord de distraire par une historiette, seuls quelques malins remplaceront par des personnages actuels ceux de la fable.

Le marabout trop gourmand ou la Terre ne ment pas.

Un jour, un marabout [i] vénérable, le chef orné d'un grand turban, se présenta dans un village et y demanda l'hospitalité.

Un agriculteur, rustre Bambara aux moustaches jaunies par la consommation régulière de tabac à priser, et un éleveur, Peul maigrelet et loqueteux, l'hébergèrent avec empressement dans leur enclos [ii] .  L'homme de Dieu fut traité comme le méritait sa qualité de "sachant lire et écrire" [iii] .

Le marabout s'installa et prit ses habitudes... Après un certain temps, grisé par les honneurs qu'on lui rendait, par le respect dont il était entouré et les soins qui lui étaient prodigués, il en vint à oublier son état et son rôle, lequel consistait essentiellement à présider la prière. Perdant toute mesure, il se crut arrivé dans un véritable fief entièrement dévoué à sa personne. Jusqu'à menacer "Si vous ne faites pas ceci ou cela, je vous fermerai les portes du ciel !" [iv] .

A la fin, les exigences et les prétentions du marabout excédèrent le Bambara et le Peul. Les deux hommes se concertèrent pour trouver un moyen de rappeler à la raison leur hôte pesant et malappris. Mais comment faire, avec un homme réunissant les titres de théologien, coraniste, jurisconsulte, grammairien, médecin, droguiste, géomancien, astronome, astrologue, et enfin aspirant visiblement au commandement du pays où un heureux sort l'avait fait tomber [v] ?

Un soir, après un dîner substantiel, le Bambara, selon l'usage, vint présenter au marabout une calebasse pleine d'eau. "Seigneur, vous rotez bien ce soir, dit le Peul. Bonne digestion !".

"Maître, à ce que je vois, le rot a son siège dans le ventre. Voudriez vous me dire où est situé le siège de l'esprit ?

-         Espèce d'orang-outang ! Voilà ce qu'il en coûte de ne pas s'instruire comme nous. L'esprit, sache-le, est la chose la plus précieuse que Dieu ait donné à l'homme, et le piédestal de cette merveilleuse faculté se trouve dans la tête.

-         Et le ventre ? rétorquèrent ensemble le Bambara et le Peul...

-         Ceux qui s'occupent de leur ventre sont comme des animaux, et tel est votre cas à tous les deux." [vi]

Les deux amis quittèrent le marabout. Une fois rentrés chez eux, ils donnèrent ordre à leurs épouses de ne plus servir aucune nourriture au marabout jusqu'à nouvel ordre.

(...) Ainsi passèrent, au plus grand désespoir du marabout, deux journées... l'esprit bien dans le creux des talons et très en dessous du ventre (...). (Nos compères) s'excusèrent d'avoir été retenus par leurs occupations champêtres et pastorales, et lui demandèrent de pardonner la distraction trop prolongée de leurs épouses.

Le marabout se jeta sur la nourriture et l'avala gloutonnement.

"Ô Dieu ! Je te remercie de m'avoir assuré ma nourriture par l'entremise de l'agriculteur et de l'éleveur, et d'avoir ainsi redonné à mon esprit toute sa lucidité."

Le Bambara posa alors à nouveau sa question :

"Seigneur, voudriez-vous me dire où se trouve le piédestal de l'esprit ?

-         Dans le ventre ! Répondit cette fois-ci le marabout.

-         Alors, s'écria le Peul, pour ce qui est de l'utilité immédiate, l'orang-outang d'agriculteur et le singe rouge de Peul [vii] passent avant vous, que l'on pourrait qualifier de belle panthère à l'affût [viii] .

Au moment de la séparation, le Bambara lui dit :

"Mon bon marabout [ix] de haut lignage [x] , apprenez que, de toutes les connaissances, la connaissance de soi-même est la meilleure et la plus difficile à acquérir. Cessez donc de croire avec orgueil que vous avez obtenu le salut et que votre profession [xi] est une clé infaillible pour ouvrir le ciel [xii] , alors qu'elle ne vous nourrit même pas sur la terre. Désormais vous n'oublierez plus, je l'espère, que si l'esprit est une lampe lumineuse dont le feu nous éclaire dans l'obscurité de l'ignorance, sa flamme a nécessairement besoin de deux éléments pour servir d'huile et de mèche : les produits de l'agriculture, et ceux de l'élevage. Car la terre ne ment pas." [xiii]

Cortiou - Dec 2001


[i] Remplacer par expert, économiste, scientiste...
[ii] Tout homme manuel, de nos temps présents, ouvriers, employés, pauvrement payés sont à l'évidence des rustres...
[iii] d'expert en tout, en tout cas selon eux, et donc rapide à donner la leçon aux autres...
[iv] En des termes plus actuels "Si vous ne m'écoutez pas, si vous n'adhérez pas à ce que je dis, vous serez banni du cercle des hommes de bien et vous vous écarterez de vous-même de la voie du progrès".
[v] Les savants de maintenant ont passé de longues années sur les bancs de l'université, décrochant moult titres leur conférant le droit de dire ce qui est bien et de prétendre au trône ou tout au moins au titre de conseilleur des puissants....
[vi]   L'esprit n'est plus donné par Dieu, il est donné à qui sait apprendre ou qui a la chance d'accéder aux études... les autres doivent se contenter de basses besognes sans rechigner ni revendiquer... l'esprit (toujours) pas le ventre, c'est vulgaire (et met en péril le grand ventre de la société, le marché).
[vii] On peut transposer par ouvrier... mais plus encore pas qualifié, pas intellectuel... toute personne hors de la caste des "reconnus" et des "puissants" ou des "proches des puissants"....
[viii] Animal rusé, comme un homme actuel guettant le pouvoir....
[ix] expert
[x] haut savoir
[xi] expertise,
[xii] la voie du progrès
[xiii] Nous ne nous aventurerons pas à donner une conclusion présente. Tant il est facile de mettre à la diète un marabout, tant il est difficile de faire entendre raison à un expert imbu de sa science. Aucune diète ne met au pas leur raison prétentieuse du scientiste, économiste... faux savant bardé de certitudes... basta sur la critique de notre faible monde.