Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


Albert Chesneau, L-F Céline

Albert CHESNEAU
essai de Psychocritique de
Louis-Ferdinand Céline

L'intérêt de l'approche d'Albert Chesneau vient de ce qu'elle rend compte à la fois des aspects psychologiques et socio-historiques de l'antisémitisme de Céline.

A partir d'un réseau associatif d'images obsédantes et selon une méthode empruntée à Charles Mauron, Albert Chesneau reconstruit un "Mythe Personnel" et formule une hyptohèse quant à sa genèse.

Les obsessions céliniennes :

A Chesneau relève cinq obsessions:

La horde

Céline reconstruit à grands traits l'histoire d'une France mythique, définie par l'appartenance raciale au royaume des Celtes. [ ...] la France va perdre sa personnalité après la conquète de Jules César, [...] les romains sont assimilés aux Juifs à cause de leur fonction historique d'envahisseurs. p 12

Le réduit assiégé

L'Espace Clos dans l'oeuvre cé linienne c'est à la fois l'Hopital (Voyage),
le Passage Choiseul (Mort à Crédit), le château de Sigmaringen et la prison danoise :

Je spécifie trou ! vous irez voir, trois mètres sur trois, six mètres de fond... un puits... pour verdir, béribibi, lichen, pas mieux ! moi qui ai vécu Passage Choiseul, dix-huit ans, je m'y connais un peu en sombres séjours !... p 64 (D'un château l'autre)

Le hurlement

L'atmosphère générale de Mort à Crédit est celle d'un asile de fous furieux qui tombent à bras raccourcis sur Ferdinand dès qu'il ouvre la bouche. [...] Il faudra attendre le milieu de Mort à Crédit pour que Ferdinand, poussé à bout par Courtial des Pereires, trouve enfin la voix de la colère. Celle-ci s'épanouira dans les pamphlets, fruits de cette voix retrouvée. P 67

La bâtardise

Pour Céline, le juif est un bâtard. Et Chesneau précise que:

Cette haine du bâtard vient de la crainte que l'on a d'en être un soi-même. P 7

Je tenais, sans le vouloir, le rôle de l'indispensable " infâme et répugnant saligaud " honte du genre humain qu'on signale partout au long de siècle... p 68 (Voyage)


La Genèse du Mythe

A. Chesneau souligne la convergence des circonstances socio-historiques et des circonstances personnelles qui ont pu renforcer la force du mythe et le rendre actuel.

L'affaire Dreyfuscommence en 1894 - année de naissance de Céline -et va passionner l'opinion jusqu'en 1899:

En 1899, le jeune Louis Destouches a cinq ans. Comment n'aurait-il pas associé spontanément les deux images de l'usurpateur familial et de l'usurpateur national, l'un et l'autre venant s'asseoir de force à un banquet qu'on n'avait pas préparé pour eux ? P82

Albert Chesneau remarque au passage l'obsession du "stigmate à la tête" qui conduira Céline à revendiquer une trépanation que l'on sait imaginaire:

Dans Mort à Crédit Ferdinand assomme à moitié son père d'un coup de machine à écrire* assené en plein crâne et Courtial des Pereires se tire un coup de feu dans la tête. Dans Guignol's Band I , l'usurier Titus Van Claben meurt le crâne éclaté. P 85
* c'est moi qui souligne

Ainsi Céline

Le Fils Grotesque affronte les exemplaires indéfiniment multipliés autour de lui des Parents Grotesques p 89

Penvins
e-litterature.net©