Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


Louis-Ferdinand Céline

Juger un homme



Contrairement à Céline je n'aime pas

la haine mais je me méfie plus que tout de ceux qui voudraient me faire croire qu'ils ne la connaissent pas.


Quand Pierre Perret chante à propos de Céline:

"Tu étais pas un bien joli monsieur."
je me méfie, et je tends l'oreille
"Car, si c'est vrai, ce que l'évangile nous apprend,"
chante plus bas mon ami Pierrot,
je n'ai rien contre l'évangile,
mais mieux vaut être prévenu et savoir au nom de quoi on veut
vous donner des leçons.

Quand Jean-Paul Sartre porte un jugement moral sur l'antisémite:

"C'est un lâche qui ne veut pas s'avouer sa lâcheté"
je comprends la fureur de Céline qu'il prétend avoir été payé par les Nazis:

"Si Céline a pu soutenir les thèses socialistes des Nazis, c'est qu'il était payé"

Mais bien sûr aux yeux de J-P Sartre, Céline a "opté pour une vie passionnelle plutôt que pour une vie raisonnable" et lui, le philosophe... seule la raison le guide!

A propos de "Réflexion sur la question juive" voici ce que précise E. Traverso:

Pour prendre la mesure du tournant représenté par ce petit livre, il faudrait ajouter qu'il brisait un silence qui n'était pas seulement celui de la société française, mais aussi celui de son auteur. Pendant la guerre, en effet, Sartre s'est tu. Il refuse de collaborer mais il hésite aussi, jusqu'à la fin 1943, à rejoindre la Résistance. Il attend.

Enzo Traverso:
La responsabilité des intellectuels. Dwight MacDonald et Jean-Paul Sartre.
in "L'Histoire déchirée. Essai sur Auschwitz et les intellectuels" ISBN 2-204-05562-X © Les Éditions du Cerf 1997

http://www.anti-rev.org/textes/Traverso97a8/

Non, je crois profondément qu'aucun homme n'a le droit d'en juger un autre, au nom de quoi le ferait-il? Les idées, oui, bien entendu, que la société se défende bien entendu, mais qu'un homme en juge un autre - dise: "toi tu n'es pas un bien joli monsieur"...

Il ne s'agit pas davantage de réhabiliter Céline, ce serait aussi le juger, ni de réhabiliter ses idées antisémites que je condamne sans appel, il s'agit de le lire et de tenter de comprendre comment de telles idées ont pu naître et se développer


Si le chatiment infligé aux vaincus ne devait pas suffire, c'est que la responsabilité de Vichy ne leur incombait pas totalement : la société française, dans les fondements même de son fonctionnement, y était impliquée. Voilà l'intolérable de Vichy. La paix allait être aussi un travail de refoulement. Y Chalas p 27

Penvins
e-litterature.net©