Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


Louis-Ferdinand Céline

MEA CULPA

Le premier pamphlet de Céline commence ainsi:

" Il me manque encore quelques haines.
Je suis certain qu'elles existent."

De retour d'URSS, Céline ironise sur les illusions du peuple soviétique avec une formidable lucidité.

Son antisémitisme n'est pas encore installé, pourtant au détour d'une phrase on peut lire:

Se faire voir aux côtés du peuple, par les temps qui courent, c'est prendre une " assurance-nougat ". Pourvu qu'on se sente un peu juif ça devient une " assurance-vie ".Tout cela fort compréhensible.

En 1937 paraitra "Bagatelles pour un massacre"


Mais on trouve dans Mea Culpa, d'autres idées de Céline, plus intéressantes:

Bourgeois et prolétaires sont renvoyés dos à dos:

Tous les bourgeois ont du Landru ! C'est ça qu'est triste ! irrémédiable ! 93, pour ma pomme, c'est les larbins... larbins textuels, larbins de gueule ! larbins de plume qui maîtrisent un soir le château, tous fous d'envie, délirants, jaloux, pillent, crèvent, s'installent et comptent le sucre et les couverts, les draps... Comptent tout !... Ils continuent... Jamais ils ont pu s'interrompre. La guillotine c'est un guichet... Ils compteront le sucre jusqu'à leur mort !


Néo-topazes, néo-Kremlin, néo-garces, néo-lénines, néo-jésus ! Ils étaient sincères au début... à présent, ils ont tous compris ! (Ceux qui comprennent pas : on fusille). Ils sont pas fautifs mais soumis !...Ça serait pas eux, ça serait des autres... L'expérience leur a profité... Ils se tiennent en quart comme jamais... L'âme maintenant c'est la " carte rouge "... Elle est perdue ! Plus rien !...


La grande prétention au bonheur, voilà l'énorme imposture !

Nous étions au Moyen Age plus près d'être unis qu'aujourd'hui... un esprit commun prenait forme. *Voir "l'imaginaire totalitaire"


Penvins
e-litterature.net©