Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


Louis-Ferdinand Céline

AMOUR ET HAINE



Quelques citations de la thèse de médecine de Louis-Ferdinand Céline sur Ph. Semmelweis peuvent nous permettre d'approcher ses relations avec son père.

Tout d'abord, la première phrase de ce premier texte officiel:

Mirabeau criait si fort que Versailles eut peur.

Et quelques lignes plus loin.

... "le Régicide pouvait passer pour neuf. On osa."

Semmelweis faisait des études de droit,

comme Céline qui en fait son héros, il se sent attiré par la médecine,

la relation que Louis-Ferdinand fait des circonstances de cette décision donne froid dans le dos:

Un jour, sans avertir son père de sa décision , il suivit un cours à l'hopital, puis une autopsie dans une cave, quand la science interroge un cadavre au couteau...

Peut-on être plus clair et utiliser des images plus violentes? On est en 1924, Céline a 30 ans, de son propre père, F Vitoux dresse le portrait:

Son père malchanceux, son père englué dans un boulot minable, son père aigri, malmené par ses supérieurs hiérarchiques, son père qui tire le diable par la queue, son père écrasé par sa vie...

Ce père est toutefois un père autoritaire qui surveille son fils dans ses moindres gestes et avec lequel Louis-Ferdinand ne peut manquer de se sentir en opposition d'autant qu'il le maintient dans sa situation sociale:

Quant à mon père, il ne voulait pas que je fasse des études parce qu'il trouvait que c'était la misère et il le voyait puisqu'il était dedans.
Entretiens avec Louis Pauwels et André Brissaud, Cahiers Céline n° 2 - Cité par F Vitoux

Plus tard Céline tentera de dissimuler la réalité en faisant de son père un licencié es lettres alors qu'il savait bien que celui-ci n'avait pas passé son second baccalauréat.

Semmelweis poursuivra ses études de médecine et Céline de noter:

Mais il y a loin du désir d'un père au destin de son fils.

Et de préciser:

Les élèves trop brillants sont dans la règle, les plus terribles destructeurs des Maîtres.

Céline n'insitera jamais sur l'antisémitisme de son père.


Celui-ci meurt le 14 mars 1932,

Sa haine peut enfin exploser,
son premier pamphlet: "Mea Culpa" paraît en 1936.


Penvins
e-litterature.net©

.