Exigence : Littérature



Publicité

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     


billeter

Jean-François Billeter

Leçons sur Tchouang-Tseu

Editions Allia 2002

Ce livre, petit par le format, ne paye pas de mine mais me semble avoir une portée considérable et à plusieurs égards.

Il s'agit en fait d'une introduction au philosophe chinois Tchouang-Tseu, mort sans doute vers 300 av. J-C. Un auteur réputé très difficile, parfois même incompréhensible. Comment donc, dit en substance Jean-François Billeter, cette prétendue illisibilité est surtout affaire de préjugés et de paresse : les traductions sont mauvaises et les auteurs qui ont écrit depuis toujours sur Tchouang-Tseu l'ont fait pas tant à partir de la source que des écrits d'un certain Kouo Siang mort lui en 310 de notre ère et qui constituent un affadissement, voire même un détournement de la pensée de Tchouang-Tseu.

Fort de ces intuitions, Jean François Billeter est reparti du début. Ou plus exactement c'est en fréquentant la source, en traduisant divers passages pour son plaisir et pour en discuter avec un ami, que petit à petit, il s'est rendu compte des multiples trahisons dont Tchouang-Tseu faisait l'objet. "J'ajoute que jamais ma recherche n'aurait pris cette tournure si je n'avais pas commencé par la traduction et constamment fait de la traduction mon but principal. Car aucune autre méthode, aucune autre discipline intellectuelle ne contraint à tenir si rigoureusement et si complètement compte de toues les propriétés d'un texte, y compris de sa composition, de son rythme, de son ton – propriétés qui concourent toutes à lui donner son sens". Il a donc repris le texte, il en a retraduit des passages entiers et est parti de cette idée très simple qu'un philosophe écrit à partir de son expérience propre. Que donc Tchouang-Tseu interrogeait son expérience, la plus simple, la plus proche et qu'il fallait essayer de comprendre laquelle.

Le propos et la démarche de l'auteur sont lumineux : un montage de quelques textes retraduits (au demeurant de toute beauté !), avec une gradation, pour faire comprendre comment procède Tchouang Tseu et ce qu'il dit de l'expérience de la vie, de l'apprentissage d'une tâche, de l'attitude de l'homme vis-à-vis de l'activité, etc. On part du très concret, un boucher dépeçant un boeuf et l'on vient au plus profond de la tradition chinoise avec le secret de l'autonomie.

C'est donc une nouvelle manière de lire Tchouag Tseu que propose Jean-François Billeter. Son livre constitue une magnifique introduction à cette oeuvre et mérite bien son titre de "leçons", des leçons qui permettent de retourner à une source sûre, transmise avec toutes les garanties d'un travail approfondi et sérieux, alors que trop souvent ces idées-là, si riches, si profondes et qui pourraient être si fécondes pour notre monde, sont dénaturées, travesties, polluées par les tenants du new age.

C'est enfin l'occasion de saluer un "petit" éditeur , les Editions Allia, qui fait un remarquable travail en proposant toutes sortes de textes plus ou moins inaccessibles, comme par exemple l'oeuvre de l'immense écrivain et poète Giacomo Leopardi, dans une collection aussi belle qu'agréable à manipuler et accessible (6,10 € par exemple pour le présent ouvrage).

 

 

Florence Trocmé

11/04/2002