Exigence: Litterature

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     

Ce qui fonde la littérature

Ce qui fonde la littérature...


Ce qui fonde la littérature, c'est que s'y énonce ce qui ne peut s'énoncer - publiquement - ailleurs. L'exemple de Céline s'accrochant à son style pour dire après-guerre ce qu'il ne lui était plus permis de dire est de ce point de vue bien caractéristique. Bien entendu non seulement il n'est pas le seul, mais toute œuvre littéraire peut s'analyser à partir de ce postulat.
Pourquoi écrirait-on - dans une langue qui n'est pas celle de tous les jours - si ce n'est parce que la langue de tous les jours ne permet pas de dire ce que l'on a à dire? L'exigence
(1) littéraire est là, besoin impératif que la langue ordinaire ne peut satisfaire et par contre-coup discipline que l'on s'impose pour faire passer le message. Que l'on songe à la discipline - au style - de la Fontaine pour dire devant le roi ce que la correction la plus élémentaire ne permettait pas de dire, que l'on songe également à la discipline de Racine et des tragiques grecs pour dire la complexité des sentiments humains, leur non-réductibilité aux lois sociales, à celle de Flaubert pour dénoncer la bêtise de la bourgeoisie… ce ne sont là que des exemples de cette résistance au refoulement qui nous est aujourd'hui plus que jamais nécessaire.
Notre monde se veut transparent - belle blague, formidable manipulation - on dit aussi con-sensuel tant il est vrai qu'il a perdu la faculté de regarder par delà son ressenti. On a lu ou on lira
(2) les réflexions roboratives de Philippe Muray, notamment Désaccord parfait.

Penvins