18 ans !





Accueil > LITTERATURE > Quitter la ville (2) - Christine Angot

Quitter la ville (2) - Christine Angot
par Alice Granger

Bienvenue dans Adobe GoLive 6


Editions Stock.


Quitter la ville, en changeant de nom plus besoin d'expliquer, être comme tout le monde, avoir un père. Quitter la ville, le prix de reconnaissance. Celle d'avant, qui portait le nom de sa mère, un nom juif, n'existe plus. C'est le prix de reconnaissance, aussi. Désormais, elle est une autre, une même que les autres, avec un bon nom normand, elle a un masque, elle est Personne.
Le prix de la reconnaissance, c'est aussi l'inceste. Comme les preuves sexuelles, de sa reconnaissance à son père, pour l'avoir reconnue comme un bon coup, sa fille illégitime beaucoup mieux que ses enfants légitimes, qui ne leur ressemblent pas, qui est différente.
Pourtant, celle d'avant, celle qui est séparée de sa ville natale par la reconnaissance, insiste de façon lancinante, se manifeste par forçage dans tout le livre, exige une autre sorte de reconnaissance. Une autre histoire que l'incestueuse. Avant, celle qui vécut dans la ville pendant quatorze ans, qui fut emmenée dans le camp de l'inceste comme les juifs furent emmenés dans les camps de la mort. Qui depuis, est écrivain de l'inceste, parfaitement reconnue, comme Primo Lévy survivant de la Shoah, ne peut plus qu'écrire à partir de là et finit par se suicider parce qu'il ne pouvait plus parler d'une autre rive, celle d'avant.
Entrée, par le livre L'inceste, de l 'illégitime reconnue, sur le terrain gardé des légitimes, avec leurs intérêts patrimoniaux et autres, à garder entre soi bien plus incestueusement encore, ils ne veulent pas partager avec l'intruse, la pute, le monstre, celle qui est différente mais que l'on défigure par l'ignominie de l'inceste, celle que l'on essaie de tuer en disant qu'elle suscite les désirs impurs parce qu'elle est un bon coup plutôt que de reconnaître que si elle intéresse c'est qu'elle est l'intrusion de quelqu'un d'autre, infiniment vivante, bien plus que ceux qui sont toute une vie occupés à rien d'autre qu'à leurs intérêts de confort incestueux entre soi, sans crainte d'exogamie. Dehors, ailleurs, cette femme qui menace leurs habitudes entre soi, qui sert d'hameçon à leur peur et à leurs immenses préjugés, qui révèle aussi leurs insatisfactions de bourgeois décrivant découvrant leurs fantasmes face au bon coup qu'elle représente. Ils hallucinent la menace qu'elle représente, menace exogamique, des paranos qui lui tirent dessus, l'insultent, la couvrent de leurs fantasmes.
Alors qu'elle, elle espère, exige, force simplement, encore et toujours, la reconnaissance. Une autre reconnaissance. Son altérité insacrifiable.

Alice Granger

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?