18 ans !





Accueil > LITTERATURE > Les lieux - Roger-Henri Guerrand

Les lieux - Roger-Henri Guerrand
par penvins

Avec le dernier quart du XIXe siècle, on voit grandir l'influence des hygiénistes

Emile Trélat devant l'Associaton française pour le développement des sciences pose les principes techniques des appareils sanitaires:

Les appareils qui reçoivent les déjections et les conduisent à l'égoût doivent être disposés de façon:

1 à tout expédier promptement au dehors de l'appartement et de la maison;

2 à opérer instantanément leur propre nettoyage chaque fois qu'ils ont servi;

3 à fonctionner comme obturateurs parfaits lorsqu'ils sont au repos;

4 à diluer les matières solides qu'ils doivent éconduire

ainsi s'annonce l'âge dor de la plomberie,
une discipline de la défécation s'instaure qui
commence à l'école:

Il n'y aura d'amélioration possible à espérer, dit E-R Perrin membre de la Société de médecine publique et d'hygiène professionnelle qu'en obligeant les enfants à contracter, à l'école, des habitudes de propreté dont ils feront plus tard leur profit, en les observant partout ailleurs, et en les reportant dans les maisons que, devenus grands, ils seront un jour appelés à habiter pour leur propre compte."

On mesure la distance avec ce passage où Céline parle des W-C du Château de Siegmarigen

je vous parle énormément de W.-C... particulièrement ceux du " Löwen "... c'est qu'on était sur le même palier, la porte en face, et qu'ils désemplissaient pas! tous les gens de Siegmaringen, de la brasserie, et des hôtels, venaient aboutir là, forcément... la porte en face!... tout le vestibule, tout l'escalier étaient bourrés jour et nuit de personnes à bout, injurieuses, râlantes que c'était la honte!... qu'ils en avaient assez de souffrir!... qu'ils faisaient sous eux!... qu'ils pouvaient plus!... et c'était vrai: tout l'escalier dégoulinait!... et notre couloir, donc! et notre chambre! vous pouvez pas plus laxatif que le Stamgericht, raves et choux rouges... Stamgericht plus la bière aigre... à plus quitter les W.C.!... jamais! vous pensez tout notre vestibule grondant pétant de gens qui n'en pouvaient plus !... et les odeurs !... les gogs refoulaient! il va de soi!... ils arrêtaient pas d'être bouchés!... les gens entraient à trois... à quatre!... hommes, femmes... enfants... n'importe comment!... ils se faisaient sortir par les pieds, extirper de vive force!... qu'ils accaparaient la lunette!...


Penvins
e-litterature.net©

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?