18 ans !





Accueil > LITTERATURE > Et le souffle devient signe - François Cheng

Et le souffle devient signe - François Cheng
par Amélie Averlan

François Cheng sera certainement une des références occidentales de nos générations futures

 

Et le souffle devient signe

Ma Quête du vrai et du beau par la calligraphie,

Editions Sophie de Sivry / L’Iconoclaste, Paris, 2001.

Par Amélie Averlan

 

 

Je parle avec ma main,

 tu écoutes avec tes yeux ;

Et nous nous comprenons,

 n’est-ce pas,

en un seul sourire.

Chu Ta.

François Cheng sera certainement une des références occidentales de nos générations futures. Depuis le début du vingtième siècle, de nombreux écrivains français se sont intéressés à la culture asiatique qui est sans doute l'une des plus riches et des plus exceptionnelles depuis des millénaires. L'occident se serait-il enfin  rendu compte de ce devoir de témoignage ? Nous allons peut-être aujourd'hui vers une affirmation du ''voir dit", retour moyenâgeux, retour vers les sources du langage et de l'expression qui est avant tout de visu, vue. Des calligrammes au Stèles de Ségalen, en passant par les dessins d'un Michaux, le vingtième siècle fait preuve en acte de l'intérêt porté "au dit vu".

"Et le souffle devient signe"... magies visuelles et sens en délires - que ces "sens" soient sentis, lus, pensés ou vus - c'est ce que les Calligraphes de François Cheng accompagnés de citations et de définitions semblent nous enseigner. Petit dictionnaire spirituel comprenant des citations orientales, des explications des symboles encrés, magie des traits et envahissement : la douceur de la sagesse orientale émane de ce tout de livre dans un monde où Dieu est dit mort et manque peut-être aux recherches spirituelles.  Entre cosmogonie et approche symbolique du monde à travers soi, ce livre est un guide traversé par les pensées orientales et occidentales fidèle au "tout circule et se transforme"... "L'univers ne serait-il pas poésie" [1] ?

 

François Cheng est né en 1929 à Nanchang, il est naturalisé français dans les années 70 et occupe une chaire de professeur à l'institut des langues et civilisations orientales. François Cheng est écrivain, poète, traducteur reconnu des œuvres de Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé, Laforgue ou Apollinaire en chinois. Son livre Le Dit de Tianyi publié chez Albin Michel en 1998, a reçu les prix Femina et a été lu dans le monde entier.



[1] Feng Shui, SYMBOLES : Ce qui est en bas, « L’univers est poésie ».

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?