18 ans !





Accueil > LITTERATURE > Les saisons de mon enfance - S. Morgenthaler

Les saisons de mon enfance - S. Morgenthaler

Publié aux Editions de la Nuée Bleue

mardi 20 juillet 2010 par Françoise Urban-Menninger

Dans la même veine que le très poétique "Au jardin de ma mère" paru chez le même éditeur, Simone Morgentahler revient nous enchanter avec de brefs récits qui défilent au rythme des saisons tels les fragments émouvants et colorés d’un kaléidoscope.

Il suffit d’un petit vocable émis en alsacien, langue maternelle de l’auteur et seule langue jusqu’à six ans, interdite par la suite par les autorités, pour lever dans sa mémoire des souvenirs, des odeurs, des impressions qui ont marqué sa prime enfance dans la ferme parentale.
La nature y est évoquée d’aussi bucolique et poétique manière que dans "Paysages du ciel" de René Schickelé. On entre par la magie de la langue au coeur d’une poésie simple et authentique. Ainsi les primevères qui portent le joli nom de "Himmelschliessle" sont-elles ces "clés du ciel" que Simone Morgenthaler nous tend avec bonheur pour nous entraîner dans l’univers féerique de son enfance.
Chaque petit nom en alsacien est à lui seul une clé qui nous invite à goûter les bienfaits générés par la nouvelle saison. Voilà le temps des "Grumbeere" (pommes de terre) à récolter, celui des "Brunzblüeme" (pissenlits) et des salades aux lardons chauds et aux oeufs pochés.
Quant aux jeux, il y a le "Luftballon" offert lorsque Simone enfant partait avec sa maman acheter une nouvelle paire de chaussures ou les Schnelle" (billes) aux tons irisés que l’auteur aime à secouer dans sa main pour en "entendre le son unique".
Il y aussi les réminiscences d’antan avec la brique en céramique vernissée "Bettstein" que maman faisait chauffer sur la cuisinière à bois avant de la glisser entre les draps du lit en hiver.
Mais il y a aussi le mot "Tod" qui renvoie à la mort et à la visite au défunt dans le village après l’école...
De récit en récit, les images et les sons s’égrènent, ils rencontrent chez le lecteur des échos familiers qui lui remémorent sa propre enfance. Simone Morgenthaler a le don de soulever sous la peau des mots, la moire des souvenirs, de leur restituer leur tonalité, leur couleur et de suspendre ainsi la fuite du temps.
Mais plus encore, l’ écrivain nous donne à savourer le plaisir d’une langue qui, à l’instar des souvenirs évoqués, tend à disparaître...
Ainsi ce livre devient-il un précieux opuscule, digne d’un travail d’ethnologue, il est la mémoire de l’auteur mais également celle d’une Alsace qui fait déjà partie du passé. A nous de prolonger dans le présent ces délicieuses images qui chantent nos saisons et font battre d’émotion notre "Herz" (coeur) en cultivant dans chaque mot en alémanique les fleurs de notre terroir.

Françoise Urban-Menninger

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?