18 ans !





Accueil > LITTERATURE > Comprendre l’Empire - Alain Soral

Comprendre l’Empire - Alain Soral
vendredi 11 février 2011 par Serge Uleski

Détricoter le roman national, à la mémoire hémiplégique, et plus largement, le roman occidental tout aussi lacunaire et fictionnel…
Du christianisme aux Lumières, de la Révolution française jusqu’au terminus bancaire, convoquant à la barre Marx, Engels, Michéa, Orwell, Sorel, Proudhon, Weber, les Pères de l’Eglise, Wall Street, la City et la FED…
Violences et mépris social… telle est la vision du monde et son processus qu’Alain Soral nomme : Empire.
Exposition au déroulement implacable d’une Histoire qui nous est commune à tous, où que nous nous situions… acteurs ou bien victimes et spectateurs abasourdis…
Histoire de ceux qui nous ont précédés, Histoire d’aujourd’hui, et pour ce qui est de demain... Histoire destinée à ceux qui possèdent une excellente mémoire de l’avenir (esprits clairvoyants).

De la Famille, du clan à la tribu pour culminer avec la nation et le contrat social jusqu’aux nouveaux réseaux au service des lobbies marchands et ethno-confessionnels, sans oublier les mafias, policées ou pas (drogue et prostitution contre le complexe militaro-industriel - mafia calabraise contre Loge P2), comme autant de mensonges d’une République dite démocratique, structure combattante de l’Empire - en effet, 1% est le taux incompressible de la population qui a toujours commandé à la masse...

Nul doute, le prolétariat du XIXe siècle et sa misère sont bien l’incarnation de la trahison de la bourgeoisie…

Peuple patriote qui assume le principe de réalité, et parmi lequel on comptera des penseurs autodidactes issus du monde du travail contre le ralliement de soi-disant libertaires révolutionnaires au libéralisme mondialisé avec son Capital coupé de toute attache géographique et morale...

Un Capital nomade dénué du minimum de culture humaniste.

Finies les cultures enracinées et les perspectives historiques ! L’hyperclasse et ses VIP condamnent les salariés à la précarité…

Arrivent alors Canal+, les bobos et la gaudriole branchée, cache-misère d’une humanité souffrante et vaincue ; le RMI puis le RSA pour toute consolation.

Liquidation de la classe moyenne non salariée (artisans, commerçants, petits patrons, travailleurs indépendants), et du métier de journaliste par la même occasion ; métier perverti, avili par une démocratie d’Argent et de Marché ; les derniers journaux indépendants de qualité seront liquidés et remplacés par le divertissement.

Intellectuels-animateurs au service d’une propagande de masse, une fois la trahison des clercs consommée et digérée, la chasse tirée…

Domination par la séduction ! Seule liberté : la consommation.

Et dans un tel environnement, les idiots utiles sont légion : prostitution morale et intellectuelle, en veux-tu en voilà ! Argent, honneurs, sexe…

Car... seuls restent en place les kapos, les collabos, les soumis et les imbéciles, réseau culturo-mondain comme horizon indépassable de notre temps qui annonce le règne de l’empathie affective - émotion et désir au fin de détruire chez l’individu toute capacité analytique et critique -, et signe la mort du logos : fin de la chaine causale ; destruction du sens.

Pour les réfractaires et autres insoumis, en revanche, ce sera... chantage au fascisme, au racisme, à l’antisémitisme… la fin justifiant les moyens ; sentences équivalant à une mort professionnelle et sociale certaine, ruinés par des procès sans fin.

***

Solitude-dépression-consommation à l’Ouest. Chaos, guerres et misère au Sud.

Et fatalement arrive la question suivante : que nous est-il arrivé d’un de Gaulle patriote et cultivé à un Sarkozy sans frontières et inculte ?

Liquidation de l’héritage du CNR (Conseil National de la Résistance) : jamais plus la classe politique ne s’occupera d’économie !

La Banque au pouvoir avec Pompidou et Giscard !

Immigration-isme… stratégie de dumping social de la droite patronale, chantage à l’extrême-droite sur quiconque remet en cause cette stratégie.

Mai 81 et l’expulsion de la classe ouvrière. Liquidation du PCF.

Collaboration et colonialisme… culpabilisation : le Peuple de France baisse la tête mais n’en pense pas moins.

***

Voici maintenant le traité de Maastricht pour une destruction méthodique des 3 piliers que sont l’économie, la morale et le social.

Identité nationale niée mais... « danger de l’Islam » et des banlieues, ministre de l’intérieur en soutien, bientôt Président, pour faire monter la mayonnaise, le tout relayé par un dispositif fait d’argent, de médias et de réseaux..

Une élection sera gagnée sur une campagne parodiant celle du FN jusqu’à la venue d’une Carla Bruni courtisane bobo. Mariage idéal : vulgarité et inculture précéderont l’instauration d’un libéralisme sécuritaire servile envers les puissants prédateurs financiers et impitoyable envers le monde du travail.

Et la Banque ! Encore la Banque ! Et quand il lui faut faire la manche… eh bien, les Etats et toute la classe politique avec eux, comme un seul homme, comme une seule force … enfin retrouvée, n’hésitent pas : on lui remplit les poches, même trouées.

Mondialisation contre mondialisme : échanges équilibrés et contrôlés contre la guerre économique planétaire et permanente de tous contre tous.

Quiconque refuse de se soumettre à l’idéologie finalement totalitaire et belliqueuse de la mise sous tutelle de l’humanité entière est expulsé du champ social.

Et Alain Soral de conclure "....Aujourd’hui, ce Nouvel Ordre Mondial exige de la gauche comme de la droite que lui soient remis les pleins pouvoirs… " Gauche et droite qui ne se feront pas prier (Strauss-Khan, Sarkozy), "... le monde occidental est face à un choix : la soumission totale ou la révolte."

2012 sera donc soit la dictature de l’Empire ou le début de son démantèlement.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?