Amélie Nothomb
Franck Bouysse
Tristan Corbière
Dido Sotiriou
Daniel Cohen
François Cheng
Jacques Ferrandez
Jorge Semprun
Chantal Robillard
 Nimrod

20 ans !




Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Prisonnier au berceau

Prisonnier au berceau

de Christian Bobin. Mercure de France, 2005 - Collection "Traits et portraits" dirigée par Colette Fellous.

jeudi 1er décembre 2005 par Françoise Urban-Menninger

Pour imprimer


"Depuis mon lit d’enfant, le soir, je regardais le rai de lumière jaune sous la porte." Ce rai de lumière jaune, le poète nous l’offre telle une poussière d’étoiles dans son dernier recueil de prose poétique.

Chaque page de ce livre nous octroie sa part de lumière. Les choses les plus simples, les plus évidentes nous éclairent, nous éblouissent. Ainsi "le soleil explosant sur les brioches bombées","le vol aigu d’une hirondelle" suffisent à combler le poète qui nous restitue ces images dans un tel bonheur d’écriture que nous sommes comblés à notre tour. "Un papillon peut sauver une vie", une telle assertion finit par trouver en nous son cheminement et sa vérité poétique.

N’ayant presque jamais quitté Le Creusot, sa ville natale, Christian Bobin écrit :"J’ai été moineau et archange, j’ai habité dans le feuillage d’un platane et le velouté d’un nuage, j’ai déménagé des milliards de fois sans jamais sortir de chez moi."

Seul un authentique poète a le pouvoir de recréer avec les mots cette lumière particulière qui nous nimbe depuis les limbes de l’enfance et de nous en faire le don.
"Prisonnier au berceau" et non "du berceau", l’auteur semble prédestiné à rester dans cette enfance qui l’illumine de sa beauté et dont l’écriture belle, simple, intemporelle se fait l’écho jour après jour.L’homme est "embarqué" dès la naissance sur cette terre où il est de passage. A lui de trouver en lui-même et autour de lui, les raisons d’être et d’espérer.

Christian Bobin, en nous livrant "son rectangle ouvert sur le ciel pur", nous permet de renouer avec la musique de notre enfance. A notre tour de danser avec les mots, de jouer avec l’ombre et la lumière, à nous de cueillir et d’accueillir la joie qui nous envahit à la lecture rafraîchissante de ce petit livre où l’auteur déclare :"Je veux être enterré dans un flocon de neige".

Et nous, les lecteurs, de devenir aussi légers, aussi humbles que des perce-neige pour entrer "dans l’invisible" où vit le poète.

Françoise Urban-Menninger

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?