Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul
Pablo Neruda
Franck Bouysse
Philippe Sollers
Franck Bouysse
Robert Giroux
Marc Villemain
Muriel Barbery
William Butler Yeats

18 ans !




Accueil > LITTERATURE > Le vol du loriot de Jacques Goorma, Poèmes publiés aux éditions Arfuyen, (...)

Le vol du loriot de Jacques Goorma, Poèmes publiés aux éditions Arfuyen, 2005
samedi 14 janvier 2006 par Françoise Urban-Menninger

Inês Oseki-Dépré rapportait un jour, dans un article paru dans la revue Impression Sud, les termes d’une conversation entre les poètes Oswald de Andrade et Haroldo de Campos. Ils évoquaient tous deux leurs sentiments sur la poésie contemporaine en se remémorant "Le loriot" de René Char.

Jacques Goorma avec la parution de son dernier recueil aurait pu participer à cette "danse de l’intellect parmi les signes". Voici le court poème de René Char dont Oswald de Andrade disait qu’il était le plus concret, celui qu’il préférait à tous, si énigmatique, si dense :
"Le loriot entra dans la capitale de l’aube./
L’épée de son chant ferma le lit triste./
Tout à jamais prit fin." (3 septembre 1939)
Par le biais d’une mystérieuse alchimie propre à la poésie, Jacques Goorma lui fait écho dans "Le vol du loriot" où, avec une grâce inégalée, il nous ouvre "l’espace instantané de l’esprit".

Cet état de grâce s’acquière dans la solitude d’une écriture qui confine à l’épure. L’âme nue renoue alors avec les mots et les interrogations de l’enfant : "Qu’y a-t-il derrière le ciel ?"
L’état de grâce, c’est cet espace de liberté pure où l’âme et l’esprit fusionnent : "J’étais devenu le vent".
Si le loriot, oiseau insolite et hors du commun d’après les ornithologues, interpelle René Char et Jacques Goorma, ce n’est pas par hasard. Cet oiseau au ramage exotique qui parcourt de très longs périples renvoie à la quête initiatique du poète dont les mots sont à la fois le chant et l’envol qui lui permettent d’écrire dans l’entr’ouvert, sur cette lisière où l’ombre et la lumière s’effleurent.
C’est dans cet entre-deux que Jacques Goorma saisit au vol cette image d’ange qu’il nous offre avec la candeur d’un enfant :
"un ange adorable/
dans le désordre replié de ses ailes/
jouait à rattraper les phrases".
Bien d’autres anges passent encore à la lecture de ce recueil, ils n’ont de cesse de nous annoncer que "la joie est proche du mystère".

Françoise Urban-Menninger



Livres du même auteur
et autres lectures...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?