David Diop
Amos Oz
Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul
Pablo Neruda
Franck Bouysse
Philippe Sollers
Franck Bouysse
Robert Giroux
Marc Villemain

18 ans !




Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Le dégoût, Horacio Castellanos Moya

Le dégoût, Horacio Castellanos Moya
lundi 5 juin 2006 par Florent Cosandey

Le dégoût, Horacio Castellanos Moya

Dans le registre de l’exécration du pays natal, les écrivains de langue allemande - Thomas Bernhard, Elfriede Jelinek, Max Frisch, etc. - semblaient remporter la palme. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont désormais un sérieux concurrent en la personne d’Horacio Castellanos Moya qui, dans Le Dégoût, ouvre les vannes d’un torrent d’imprécations vomitives à l’endroit de tout ce qui « fait » sa terre natale, le Salvador. A ses yeux, cette petite République d’Amérique centrale est « le plus stupide, le plus criminel des pays. » Ce roman constitue un doux mélange de TNT, d’arsenic, d’uranium appauvri et de napalm. L’écrivain salvadorien y dresse l’effroyable portrait d’une contrée où l’idéal le plus haut est soit de devenir militaire pour pouvoir tuer impunément soit d’amasser des liasses de dollars dans des activités de type mafieux. Un ouvrage à ne mettre entre les mains que de celles et ceux qui ont l’estomac bien accroché !

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?