Panaït Istrati
Guy de Maupassant
Rainer Maria Rilke
 Hölderlin
Michel Schneider
André  de Richaud
Albert Camus
Gilles Leclerc
Aldo Naouri
David Diop

19 ans !




Accueil > LITTERATURE > Landru : bourreau des cœurs, Gérard Jaeger

Landru : bourreau des cœurs, Gérard Jaeger
dimanche 3 décembre 2006 par Florent Cosandey

Landru: bourreau des cœurs, Gérard Jaeger

Landru: bourreau des cœurs, Gérard Jaeger

 

Presque un siècle après son exécution, Henri-Désiré Landru n’a toujours pas trouvé de «concurrents» à sa mesure au Panthéon du crime. Créé à l’époque par la presse et par la vox populi, le mythe du tueur à barbiche hante aujourd’hui encore l'imaginaire collectif. Dans son ouvrage, Gérard Jaeger aborde toutes les facettes de l’affaire qui déchira la France au sortir de la Première Guerre mondiale, en décrivant d’une plume alerte l'enquête, l'instruction, le procès et évidemment la vie de ce Don Juan devenu Barbe Bleue.

 

D’abord escroc au mariage guidé par l’appât du gain, puis assassin sans scrupule profitant du désordre provoqué par la Grande Guerre et de la détresse de veuves esseulées (riches de préférence…), Landru fut arrêté en avril 1919. Son regard d’illuminé et sa barbiche impeccable firent aussitôt la Une des journaux. L’instruction de la plus célèbre cause criminelle française du XXe siècle dura deux ans. Mêmes si les indices de la culpabilité de Landru abondent – des fragments d’os humains et des dents furent retrouvés dans le jardin d’une de ses villas –, les restes des dix femmes qu'il assassina ne furent jamais retrouvés. Ont-ils été débités, puis calcinés dans une cuisinière à charbon de ses maisons de Vernouillet et de Gambais? Nul ne le saura jamais. Reste que Landru fut trahi par un petit carnet qui lui servait tout à la fois d’agenda et de livre de compte et dans lequel il répertoriait méticuleusement ses moindres faits et gestes. Devant le nom des dix victimes – sur 283 conquêtes recensées… –, deux chiffres accolés révélaient la date et l’heure probable du crime… Le carnet montra aussi que Landru prenait pour certains voyages à Gambais deux billets de chemin de fer, un aller-retour pour lui et un aller simple pour sa future victime…

 

Ce qui frappe dans le procès qui dura trois semaines, c'est l'incroyable ténacité de cet homme obscur, qui clama jusque sur l’échafaud son innocence. Landru transforma son jugement en un spectacle vaudevillesque se jouant à guichet fermé. Hautain, narquois, il faisait rire la galerie durant les audiences. Lorsque le procureur l’accuse de crimes, le cabotin lui renvoit un péremptoire «Montrez-moi les corps!» Le procès se termine en eau de boudin: Landru est condamné à mort sans que sa culpabilité n’ait pu être établie de façon définitive et formelle.

 

Gérard Jaeger replace les crimes de Landru dans le contexte d’après-guerre troublé. Il soutient la thèse selon laquelle que le tueur en série arrive au moment d’un changement radical de société. Le début des années 20 est notamment marqué par la disparition progressive des rentiers de l'avant-guerre, dont Landru est l’incarnation. La force de cette biographie, c’est également de se pencher sur l'environnement de l'affaire, notamment l’engouement du public – les places au tribunal s’arrachaient comme des petits pains – et la dérive de la presse écrite. Le procès provoqua dans toute la France un déchaînement de passions et d'humour noir. Les chansonniers et les humoristes s’en donnaient à cœur joie et la mode était aux blagues du style «La place des femmes, c'est au foyer!» Il fut écrit tant de choses – vraies et moins vraies… – sur cette affaire que certains la soupçonnaient d'être montée de toutes pièces par le pouvoir établi pour détourner l'attention de la population des problèmes internationaux de l’heure…

 

Presque un siècle après les faits, on n’a pas fini d’entendre parler de l’affaire Landru…

 

Florent Cosandey, 29 novembre 2006



Livres du même auteur
et autres lectures...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?