Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul
Pablo Neruda
Franck Bouysse
Philippe Sollers
Franck Bouysse
Robert Giroux
Marc Villemain
Muriel Barbery
William Butler Yeats

18 ans !




Accueil > LITTERATURE > La Compagnie, le grand roman de la CIA

La Compagnie, le grand roman de la CIA
jeudi 1er mars 2007 par Meleze

LE ROMAN DE LA CIA

jeudi 1er mars 2007

 

LE ROMAN DE LA CIA



    Ce livre du père de Jonathan Littell est indispensable à la compréhension du succès des "Bienveillantes". Il date de 2002 pour son édition new-yorkaise et a été traduit en français l'année suivante par les éditions Buchet-Chastel. Toujours est-il que le succès de Jonathan a entraîné la publication en livre de poche de Robert et que, dès que j'ai eu ce livre de poche entre les mains j'ai présumé que les "Bienveillantes" n'auraient jamais eu le succès escompté si Robert Littell n'avait fourni des informations spéciales et inédites de la CIA à son fils. J'ai recherché au fur et a mesure de ma lecture des  informations qui seraient capables  de bouleverser l'analyse historique de la 2° guerre mondiale. Mais ce n'a pas été le cas. Si "les Bienveillantes" contiennent de l'inédit,  je pense après en avoir fini que c'est seulement, à petites doses, sur la question de savoir pourquoi l'Allemagne et les USA sont entrés en guerre l'un contre l'autre en 1942 alors que 1 an 1/2 plus tard, novembre ou décembre 1943 commence à se faire jour l'hypothèse d'un front commun des USA et de l'Allemagne contre l'URSS.


    Où sont ces petites doses? Dans le personnage de Thomas qui est le second héros du livre. En effet et contrairement à l'unanimité de la critique le prix Goncourt 2006 n'est pas composé que d'un seul personnage Maximilien Aue, même central. Tout au long de la guerre comme dans l'oeuvre la plus célèbre d'Allemagne, celle de Goethe où Faust est en compagnie du diable, Thomas  accompagne Aue,  le protège et disparaît au bon moment c'est à dire au moment où il aurait failli passer du coté américain. Car  Thomas obéit à un modèle, et ce modèle est très bien décrit dans le roman de la CIA. Il s'agit du personnage de l'officier de renseignement Gehlen qui va rester dans l'histoire pour avoir sauvegarder et fait passer à l'ouest  toutes les informations que les nazis avaient rassemblées sur les soviets. Je pense que Thomas le mentor de Aue présent tout au long du roman contient dans son personnage quelque chose du retournement de Gehlen officier de renseignement possédant des fichiers considérables sur le Komintern qui va permettre aux Allemands et aux Américains de se réconcilier en moins d'un an. Tout cela est très bien expliqué dans Robert Littell. Le succès du fils est conditionné par le travail du père. Les 700 pages de Jonathan doivent beaucoup sur ce point aux 900 de Robert. C'est rare de lire 1600 pages avec autant d'intérêt quoique il y aurait toujours à s'étonner de telle ou telle partie des intrigues de ces livres.

Mais cette introduction faite venons en à tout ce qu'il y a dire sur le livre de Robert Littell. Car ce livre d'espionnage contient 5 séries de faits si importants pour l'histoire contemporaine qu'on comprend mal le silence radio qui lui a été imposé tandis que le fils allait directement au prix Goncourt, -mais c'est vrai qu'il écrit directement en français et qu'il a pour modèle Céline qui lui n'a jamais pu décrocher ce prix.



Venons en à ces séries de faits qui devraient retenir tout votre attention et qui sont:

 

  1. la série du contre espionnage. C'est à dire une liste de personnes politique qui travaillent pour le compte de l'URSS mais qui réussissent à force de dissimulation, de génie, de précaution à s'élever dans la hiérarchie de l'agence américaine. C'est bien sûr l’histoire la plus connue du grand public, celle de la chasse puis de l'arrestation de Philby chef du contre espionnage du MI5 britannique qui va fournir à l'URSS les plans de la bombe atomique et dont l'action après l'arrestation est relayée par deux personnes qui vont prendre sa succession, Burgess puis un autre personnage que Littell appelle Kritsky et qui lui ne va être découvert que dans les années 1970 ce qui fait voir l'affaire de Cuba sous un autre jour.

  2. La série des interventions décisives d’Israël. En effet d'après Littell c'est par 3 fois grâce à un contact avec le Mossad et seulement grâce à lui que l'agence américaine peut mettre le pied sur le sol russe et organiser ses contre attaques comme en Hongrie. L'aide libre et non hiérarchique que s'apportent les deux nations explique selon Littell  l'invraisemblable pénétration des intérêts sionistes outre atlantique.

 

  1. La série des hommes d'états occidentaux qui ont travaillé pour Moscou. C'est la première fois que je vois une telle liste: Hughes Gaitskell, Harold Wilson, Olof Palme, Willy Brandt et le canadien Lester Pearson. Et il y manque encore peut-être Charles Hernu l'ancien ministre de Mitterand.

 

  1. Le moment historique ou le KGB se trouve à la tête de 60 milliards de dollars. On entre dans les années 1980. Le désenchantement est général du côté russe. Tous ces succès militaires sur le front de l'espionnage sont inutiles et on en vient à une stratégie d'investissement. Robert Littell fait ainsi une hypothèse historique tout à fait différente de celle qui prévalait en France a l'époque, à travers le livre de Mme. Carrère d'Encausse  l'"Empire éclaté" pour lequel elle est entrée à l'academie francaise,- bien que l'empire n'ait pas encore eclaté et que la structure du KGB à l'origine de ce trésor de guerre soit toujours bien en place.

 

  1. L'intervention des services secrets américains dans le putsch contre Eltsine et Gorbatchev. Nous sommes maintenant en 1991. L'heure de la revanche a sans doute  sonné. C'est Washington qui a peut-être  depuis des agents qui occupent des postes stratégiques.


Conclusion :
À travers la CIA Robert Littell entreprend en fait une thèse sur les causes de la Perestroïka.

 

Meleze

 

 



Livres du même auteur
et autres lectures...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Messages

  • Bonjour,moi je crois en deux mots et sans vouloir vous vexés que vous n’avez rien compris au livre de littel "les bienveillantes " vous avez lu ça au premier degré ,il faut voir dans ce livre , que les étres humains sont capables du pire !!!!! et nous faisons parties de ces gens ,car nous sommes humains ! voilà le message qu’il fallait voir entre les lignes de ce roman .
    Bien à vous ne m’en veuillez pas je donne mon avis et bonne lecture .

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?