Arthur Rimbaud
Franck Bouysse
Michel Houellebecq
Georges-André Quiniou
Michel Houellebecq
Delphine De Vigan
Pauline Delabroy-Allard
Lionel-Edouard Martin
Georges-André Quiniou
Dominique Rolin

18 ans !




Accueil > THEATRE > Bérénice - Racine

Bérénice - Racine
vendredi 8 février 2008 par Médée

Bérénice, mise en scène de Lambert Wilson, Bouffes de Nord
Avec Carole Bouquet et Lambert Wilson
Jusqu’au 23 mars 2008

Si Lambert Wilson et Carole Bouquet prennent parfois la pose et trop de plaisir à s’entendre prononcer des vers, qu’ils en soient pardonnés car le plaisir est partagé. Le ton de cette Bérénice aux couleurs de l’Orient est donné dans une entrée en scène anticipée de Titus, prologue muet au cours duquel le spectateur assiste, médusé, à une voluptueuse cérémonie. Deux serviteurs habillent Titus, l’enveloppent lentement, presque sensuellement, de cette longue étoffe brune qui forme l’habit romain. Le peplum s’enroule autour de l’homme immobile sur les accents suaves d’une mélodie orientale. Titus le romain, Titus baigné d’Orient.

Carole Bouquet, moins Cléopâtre que ne le fut Ludmila Mickaël dans la mise en scène de Grüber pour la Comédie française touche par la candeur enfantine de ses joies de femme amoureuse, avant de céder à la douleur des amours déçues.

Mais l’interprétation de Georges Wilson mérite à elle seule que l’on s’arrête à cette deuxième mise en scène de Bérénice par Lambert Wilson. Véritable performance d’acteur, et performance physique d’abord pour l’homme âgé de 87 ans, à qui la mise en scène a ménagé un siège. Georges Wilson donne au rôle de Paulin un poids que n’a pas le confident dans le texte racinien. Figure de la sagesse des Anciens, c’est bien avec une autorité paternelle qu’il conseille à Titus de renoncer à son hymen avec cette princesse orientale. La mise en scène propose ici une véritable relecture de la pièce.

Etrange actualité politique que celle portée par ce récit de la nécessité, pour ceux que le devoir a placé aux plus hauts rangs, de renoncer à l’amour. Dès lors qu’il est sacré empereur, Titus se voit rappelé les lois de Rome et ses devoirs de romain. L’Empereur romain ne saurait épouser la Reine orientale. Ainsi Racine nous peint-il des héros dignes de gouverner des nations, eux qui sont capables de renoncer aux douceurs d’une étreinte.

« Adieu, servons tous trois d’exemple à l’Univers » : maxime désuète que celle prononcée par Bérénice à la fin de la pièce.

Valérie Nativel

Messages

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?