Hölderlin
Michel Schneider
André  de Richaud
Albert Camus
Gilles Leclerc
Aldo Naouri
David Diop
Amos Oz
Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul

18 ans !




Accueil > BEAUX-ARTS > Van Gogh à Arles

Van Gogh à Arles

Les dessins

jeudi 27 octobre 2005 par Berthoux André-Michel

Après le succès de l’exposition consacrée à Bacon en 2002, la Fondation Vincent Van Gogh à Arles, sous l’égide de sa présidente Anne Clergue, présentait, l’année suivante, un ensemble de dessins originaux de Van Gogh à l’occasion du 150ème anniversaire de sa naissance, et notamment ceux réalisés lors de son séjour à Arles entre février 1888 et mai 1889. Le public pouvait voir également des documents inédits relatant les épisodes marquants de sa vie arlésienne, tels que, l’article paru dans le quotidien local, Le Forum Républicain, concernant l’histoire de l’homme à l’oreille coupée, la pétition des trente arlésiens demandant son internement, ainsi que sa lettre à Gauguin après son hospitalisation. Une reconstitution sous la forme d’une maquette en volume de la “Maison jaune”, désormais détruite, où il vécut et dont il nous reste son fameux tableau peint en septembre 1888, ainsi que des photographies des lieux qui jalonnent son parcours comme la place Lamartine et le “Café de nuit” complétaient le dispositif de l’exposition.

Les nombreux dessins de cette période constituent dans l’oeuvre de Van Gogh une avancée déterminante pour la suite de son travail à tel point qu’on ne sait pas si c’est le dessin qui précède la peinture ou bien la peinture qui sert de support au dessin. Grâce à un nouvel instrument expérimenté à Etten, le “roseau taillé”, qui lui permet d’acquérir la vitesse d’exécution des peintres japonais, son trait va se libérer et se simplifier. Jouissant ainsi d’une impressionnante souplesse, Vincent joue sur les effets en utilisant des signes de forme élémentaire comme les pointillés, hachures, ondulations, tourbillons, ... Par des variations d’épaisseur, il dispose d’une gamme allant du trait fin de la plume à la fluidité dilué du pinceau. Il peut “creuser” ses feuilles, forcer les contours et étaler une encre qui se dilue progressivement.

Mais la lumière du sud de la France, l’ensoleillement, l’amélioration temporaire de sa santé, le soutien financier de son frère Théo qui lui permet, malgré la solitude, de ne plus vivre dans la dèche sont également pour quelque chose dans cette évolution qui va lui permettre de devenir le grand peintre de la couleur et de la touche définitivement affranchies de toute contrainte et de toute grisaille.
Dans une lettre à son frère Théo il explique son attachement à l’art japonais : « Si on étudie l’art japonais, alors on voit un homme incontestablement sage et philosophe et intelligent, qui passe son temps à quoi ? à étudier la distance de la terre à la lune ? non, à étudier la politique de Bismarck ? non, il étudie un seul brin d’herbe. Mais ce brin d’herbe lui porte à dessiner toutes les plantes, ensuite les saisons, les grands aspects des paysages, enfin les animaux, puis la figure humaine. Il passe ainsi sa vie et la vie est trop courte à faire le tout. Voyons, cela n’est-ce pas presque une vraie religion ce que nous enseignent ces Japonais si simples et qui vivent dans la nature comme si eux-mêmes étaient des fleurs. Et on ne saurait étudier l’art japonais, il me semble, sans devenir beaucoup plus gai et plus heureux, et il nous faut revenir à la nature malgré notre éducation et notre travail dans un monde de convention » (lettre 542, septembre 1888).

La route de Tarascon

Van Gogh utilisait pour réaliser ses dessins un “cadre perspectif” qu’il avait copié d’un livre de Dürer, lui permettant de composer les différents plans et organiser ainsi les espaces. Dans La route de Tarascon (avril-mai 1888) réalisé au crayon, plume, roseau et encre sur du papier velin, la perspective donnée par l’allée bordée d’arbres, dont quelques points disposés grossièrement et des traits fins tourbillonnants représentent le feuillage, devient un élément essentiel du dessin. Le personnage brossé rapidement à quelques coups de traits appuyés nous procure la sensation d’une personne pressant le pas, fermement décidée, à son allure, de se rendre à un rendez-vous ou un évènement important. Le contraste entre la dynamique qui s’en dégage et la force statique des troncs d’arbre, frappant tout spectateur même peu familier avec la technique du dessin de Van Gogh, montre bien toute l’importance de la perspective, l’horizon vers lequel le marcheur porte son regard constituant le point de fuite. Et alors que la route est à peine parsemée de lignes transversales, le paysage sur la droite est composé en alternant parties hachurées pour les abords herbus, puis en pointillés pour les champs, réserves qui par tout absence de marque finissent par constituer entre deux plans dessinés un élément du paysage, segments horizontaux débordant des formes arrondis pour les bois et pour finir lignes brisées pour les montagnes vues au loin.

Barques aux Stes Maries

Certains dessins comme les Barques voguant aux saintes Maries de la Mer (marine au roseau et à la plume, juillet 1888) et les Meules de foin près d’une ferme (encre et graphite sur papier, août 1888) ont été réalisés d’après des études peintes. Van Gogh s’en explique : « Les études peintes manquent de netteté dans la touche. Raison de plus pourquoi j’ai senti le besoin de les dessiner (...). Tu vois bien par le dessin de la petite marine que celle-là est la plus fouillée ». Là encore on peut voir l’opposition entre le calme du ciel dessiné avec des pointillés et le bouillonnement de la mer lâchant son écume comme un chien enragé obtenu grâce à de multiples traits diversement ondulés et renforcés.

Meules de foin

L’oeuvre dessiné de Van Gogh occupe une place fondamentale au côté de celle peinte. A Arles, le peintre acquiert son expression quasi définitive en multipliant les croquis et dont la couleur sera le complément indispensable. Un geste raccourci et expressif comme les enfants peuvent parfois le pratiquer dans les années où le dessin constitue pour eux un des seuls moyens de communication, un humanisme qui transparaît tout au long de sa correspondance, et un amour des gens simples dont il n’a cessé par ailleurs de faire le portrait, font du travail de ce peintre et dessinateur une oeuvre profondément sensible et l’un des témoignages les plus féconds de la générosité de la nature humaine.

André-Michel BERTHOUX

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Messages

  • Cher Monsieur Berthoux. J’ai lu attentivement tous vos textes sur la peinture et j’y ai trouvé un style et des informations d’une qualité absolument irréprochable. Votre dernier travail sur Van Gogh m’a aidé tout particulièrement car je prépare (depuis un an maintenant) une pièce de théâtre sur lui et Gauguin à Arles.
    Connaissez-vous un ouvrage remarquable intitulé : "Van Gogh ou l’enterrement des blés", de Viviane Forrester ? La solide connaissance en la matière dont vous faites preuve me pousse à penser qu’effectivement il ne vous est pas inconnu. Mais si par hasard ce n’était pas le cas, je vous garantis que vous passerez un excellent moment.
    En ce qui me concerne, sachez que vous avez ici un fidèle lecteur qui ne demande qu’à vous lire.

    Merci encore.

  • Je viens de lire votre article et vois que vous connaissez bien l’oeuvre dessinée de Van gogh. J’ai acheté il y a deja un moment un carnet japonnais pour faire des dessins dans une brocante. Et dans ce carnet que je croyais vide il y avait quelques dessins qui au premier abord ne m’ont pas intrigués mais j’y ai vu une signature (celle de vincent) aussi si cela vous intéressait je pourrais vous envoyer la photo de ce livret et des dessins. Cordialement

    • Bonjour,

      J’aime les dessins en général, les beaux dessins de maître.
      On est en prise directe avec leur sensibilité, et c’est merveilleux.
      Chez Bonnard, Van Gogh, le dessin est comme le première respiration, celle vitale où l’on veut tout dire,tout transcrire.
      Cela m’intéresse de voir une photo d’un dessin.
      Même si je suis le 1000ème qui doit vous demander cela.
      Je vous enverrais, si vous voulez, une ou deux photos de dessins de Pierre Bonnard ainsi, pourquoi pas, de moi.
      Cordialement.
      JT

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?