Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul
Pablo Neruda
Franck Bouysse
Philippe Sollers
Franck Bouysse
Robert Giroux
Marc Villemain
Muriel Barbery
William Butler Yeats

18 ans !




Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Un devoir ? Un roman de Penvins

Un devoir ? Un roman de Penvins

Publié chez TheBookEdition

mardi 9 juin 2009 par Françoise Urban-Menninger

Dans ce court roman de Penvins, le titre en forme de question "Un devoir ?" interroge la conscience des personnages mis en scène mais également celle du lecteur. Penvins nous tend le miroir à peine déformant de notre société malade et hypocrite jusque dans ses garde-fous à savoir l’église, la morale, la psychanalyse.

Lou et Jean-Paul forment un couple pour le moins banal. L’habitude et les malentendus s’installent au fil des ans. Le dialogue est rompu mais, tour à tour, chacun deviendra protagoniste de l’histoire et prendra la parole pour dire sa vérité. On entre alors dans leurs pensées et on chemine avec chacun d’entre eux.

Ainsi on apprend que Lou a été victime d’un curé pédophile, celui-là même qui lui somme d’accomplir "son devoir conjugal" malgré son dégoût. On comprend également que la peinture chez Jean-Paul est une respiration essentielle qui donne sens à sa vie.

Le lecteur impuissant assiste au désastre annoncé. Lou sombre dans ce que le commun des mortels nomme la folie. La lucidité fait voler en éclats tous les paradigmes d’une société hypocrite :"Chacun son truc, le curé la confession et vous les médicaments, sinon vous allez gâcher votre métier". Eglise et psychanalyse sont renvoyées dos à dos.

Lou accomplit "son devoir conjugal" pour le pire. Eléonore, sa jeune soeur, devient l’amante de Jean-Paul...Lou finira par être internée après avoir tenté d’empoisonner le curé avec de l’arsenic...

Chacun affronte ses peurs et ses démons avant de s’emmurer dans la solitude. Sur l’échiquier de cette comédie humaine, chacun est pris au piège de son "devoir". Cependant, page après page, les frontières entre le bien et le mal d’une morale convenue s’estompent, la lisière entre la raison et la folie semble se déplacer et quand la guerre fait son apparition avec ses zones libres et occupées, le monde bascule et perd ses repères.

Dans ce livre, le lecteur s’identifie à tous les acteurs, il erre dans le labyrinthe de leurs périgrinations intimes mais il est désemparé face à la "pression moralisatrice insupportable" qui les mène inéluctablement à la tragédie.

De beaux moments lumineux éclairent ce court roman qui gagnerait à être théâtralisé ou à être lu par des comédiens. Ce sont des instants de grâce tel ce point bleu qu’Eléonore perçoit dans un tableau et qui devient "le lieu où se frayer un chemin au-delà des apparences".
Mais le rêve ne dure jamais..."Lumière aveuglante. Réveil".

Et pourtant, c’est l’image même du bonheur que Lou veut léguer à ses enfants, une image forte et généreuse qui ne peut que les aider à se construire pour affronter leur destin :"Dites à mes enfants que grâce à eux ma vie a été le plus heureux de tous les romans".

Penvins nous offre là une bien belle musique, celle de la vie même qui irrigue ce magnifique récit et le fait battre comme un coeur.

Françoise Urban-Menninger

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?