David Diop
Amos Oz
Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul
Pablo Neruda
Franck Bouysse
Philippe Sollers
Franck Bouysse
Robert Giroux
Marc Villemain

18 ans !




Accueil > LITTERATURE > N’oubliez pas de vivre - Thibaut de Saint Pol

N’oubliez pas de vivre - Thibaut de Saint Pol

Albin Michel

vendredi 1er avril 2005 par penvins

Ni cet excès d’honneur ni cette indignité.

Suite aux conseils d’une internaute, j’ai lu le roman de Thibaut de Saint Pol : Est-ce un mauvais roman, non, c’est un roman plutôt bien écrit ? Est-ce un roman intéressant ? A chacun de le dire bien sûr et il est évident qu’il intéresse les anciens élèves des prépas, il n’y a qu’à lire ce qui se passe sur le forum même de ce site, mais il faut se demander ce qui en fait l’intérêt et là…

Mon premier critère pour juger d’un roman reste son exigence (sens 2 du Petit Robert : Ce que l’être humain réclame impérativement comme nécessaire à la satisfaction de ses besoins, de ses désirs, de ses aspirations). Qu’est-ce qui s’est imposé à l’auteur pour qu’il ne puisse pas ne pas écrire cet ouvrage ? Il y a peut-être une réponse mais même celle-là n’est pas certaine. J’ai eu plutôt l’impression en lisant ce roman qu’il s’agissait d’un devoir parfaitement maîtrisé. Rien d’étonnant à cela bien sûr, l’auteur a été à bonne école ! Ce qui me gène c’est justement qu’il n’a pas su s’en dégager contrairement aux apparences. Il n’y a de sa part aucune véritable analyse, aucune vraie révolte, bien au contraire, il n’y a aucune recherche, le roman est écrit avant d’être écrit, je veux dire que tout est dans le scénario, l’écriture à la deuxième personne n’est qu’un choix, parfaitement justifié bien sûr, mais qui n’apporte rien de nouveau à la littérature. C’est à tel point que l’éditeur parle de roman d’apprentissage comme pour prévenir qu’il ne s’agit que d’un exercice de style.

Bien entendu il s’agit d’un tout autre roman d’apprentissage : La demeure maternelle est désormais lointaine, et pour toujours. Ce que découvre le jeune homme dans cet internat, c’est une amitié particulière. Malheureusement si les allusions sont nombreuses il faut attendre la dernière phrase du livre pour en entendre la complète révélation : Et vous l’aimez encore, je l’avoue. Très rapidement on comprend ce que signifie cette amitié : Vous pourriez faire ce que vous voulez de lui… Mais vous n’en avez pas le temps. Il est beaucoup moins saoul qu’il ne le paraissait… C’est lui qui agit. On est au début du roman (page 81). Alors pourquoi le vrai sujet du roman n’est-il jamais affronté ? Bien pire pourquoi le lecteur est-il prié de ne pas entendre ce qui est en train de se dire. L’écriture à la deuxième personne devrait impliquer le lecteur, or on lui interdit toute interprétation sexuelle en caricaturant les examinateurs ou les professeurs qui savent reconnaître les métaphores dictées par l’inconscient.

On est quand même en droit de penser qu’une première expérience homosexuelle même platonique - ce que les mots démentent : Vous allez chercher du réconfort auprès de Quentin. […] Alors le wagon de chair déraille. par exemple - et qui se termine par un suicide [1] cause plus de trouble que ce qui nous en est rapporté monsieur de Saint Pol. Quand on écrit après Montherlant, après Genet, après Gide tous auteurs qui sont ici cités, on ne peut pas se contenter d’effleurer le sujet. C’est quand même une curieuse écriture que celle-ci qui consiste à focaliser l’attention sur un faux problème : la soi disant cruauté des classes préparatoires, pour ne pas dire ou dire seulement du bout des lèvres ce qui vous est réellement arrivé, à vous.

J’ai envie de dire : sujet non traité, vous reviendrez l’année prochaine. Mais ici tout se termine bien, le héros est admis à l’ENS, Que dire de plus ? Cette vie de joies intellectuelles… Quel plaisir ! Ces nuits blanches… Quel délice ! Ce jeune éphèbe… Oui, vous l’avez aimé. Et vous l’aimez encore, je l’avoue.

Alors que vous venez de nous dire que ce jeune éphèbe aurait été reçu premier et que, vous, le dernier de la promo, sans son suicide vous n’entriez pas à l’ENS, n’est-ce pas un peu léger tout ça monsieur de Saint Pol ? Un peu factice.

Penvins


[1Ceux qui auraient préféré que je garde le suspens me pardonneront, je leur fait gagner du temps : n’est-ce pas toujours à la deuxième lecture, quand on connaît l’histoire, que l’on commence à découvrir un texte vraiment littéraire ?



Livres du même auteur
et autres lectures...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Messages

  • Je ne suis absolument pas d’accord avec cette critique.
    "N’oubliez pas de vivre" est un excellent roman.

  • C’est idiot, mais il n’y a que deux livres depuis mon enfance qui m’aient ému jusqu’aux larmes. Ce premier roman est étrangement l’un des deux. Je pense être une lectrice plutôt exigente et je ne suis pas dupe. Ce n’est pas du Proust, mais je crois que c’est aussi cela la littérature.

  • Je me suis décidée à lire ce livre suite à la discussion sur le forum. Je suis généralement plutôt d’accord avec tes critiques. Mais pas là ! Moi, j’ai beaucoup aimé et je trouve la fin vraiment extraordinaire. L’idée de faire réécrire le journal de Quentin par le narrateur permet de tout expliquer et mettre en lumière : le "vous", la pudeur et la sensibilité, les angles plus sombres du roman... Saint Pol n’écrit jamais les choses. Il les fait sentir. "Ni cet excès d’honneur, ni cette indignité". Oui, il s’agit juste d’un bon premier roman. C’est plaisant à lire, et comme tu le dis, bien écrit. Reste à savoir si ce jeune auteur saura acquérir la pâte qui fait les grands écrivains et qui lui manque évidemment encore.

    • Appel à témoin TV « les dérives des étudiants »

      Emission TV sur les dérives des étudiants recherche témoignages

      Cette émission s’adresse aux étudiants ou anciens étudiants

      -  Pour subvenir à vos besoins et payer vos études vous vous prostituez

      -  Pour réussir vos examens vous faites appel à des amphétamines ou d’autres substances

      -  Vous êtes la mère d’un étudiant et vous êtes inquiète pour lui ou elle

      -  La vie d’étudiant vous a conduit à différents excès (alcool, drogue, débauche...)

      -  Vous avez connu la vie de débauche quand vous étiez étudiants, aujourd’hui vous vous en êtes sorti

      Contactez Fanny au 01.53.84.29.52 ou Pauline au 01.53.84.30.39
      Ou par mail au frouveret@reservoir-prod.fr ou psax@reservoir-prod.fr

  • J’ai dû parcourir la moitié du livre avant de me persuader que c’était un excellent roman. J’ai eu bcp de mal, au niveau émotivité, à lire certains de ses passages qui me ramenaient à des expériences personnelles d’il y a qqes mois à peine... Une belle écriture. Simple mais percutante. Il est vrai qu’il est dommage que Monsieur de Saint Pol est éludé, dissimulé quelques notions sentimentales du jeune homme. L’écriture est donc voilée, volontairement sûrement et on peut parfois rester sur notre fin.. La satisfaction du lecteur touche à son comble dans les derniers paragraphes du roman...
    Je suis restée très émue..

  • je suis moi même élève au lycée où est allé thibaud de st pol et dont il parle dans son roman. Laissez moi vous dire que c’est en tout cas bien un roman et que l’atmosphère de cette prépa dont il parle est loin d’être celle du lycée Lakanal dont il se réclame pourtant...

  • Je viens de terminer ce livre et je ne suis absolument pas d’accord avec cette critique. C’est vraiment un très bon roman !

    • critique honteuse car racontant des évènements d’un livre (pourtant haletant à mon avis personnel), avec une ironie sadique mal plaçée (je fais référence à la petite note mesquine qui prend place dans cette critique aigrie, aigrie peut-être de n’être arrivé à apprécier ce livre qui a ravi d’autres lecteurs)

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?