Panaït Istrati
Guy de Maupassant
Rainer Maria Rilke
 Hölderlin
Michel Schneider
André  de Richaud
Albert Camus
Gilles Leclerc
Aldo Naouri
David Diop

19 ans !




Accueil > LITTERATURE > Années/Une mystique des larmes , ouvrage de Didier Ayres

Années/Une mystique des larmes , ouvrage de Didier Ayres

Journal en prose poétique publié aux éditions du Lavoir Saint-Martin

mercredi 13 décembre 2017 par Françoise Urban-Menninger

L’écriture lumineuse de Didier Ayres s’inscrit dans ce temps qui passe, nous fait et nous défait. Sous la forme d’un journal où l’auteur écrit par intermittence pour donner corps à sa vie intérieure, c’est la musique de son âme que nous appréhendons entre les lignes et les larmes de ce recueil où les dessins de Yasmina Mahdi ajoutent leurs contrepoints à la marge du silence.

Poète, dramaturge, critique littéraire pour différentes revues, Didier Ayres vit actuellement dans le Limousin où il poursuit sa quête inhérente à l’écriture qui a partie liée avec "la possible connaissance de soi".
Cette quête s’apparente à une nécessité quotidienne car "la voix intérieure" qui lui parle, l’assure qu’il est "sur le chemin". "La parole, comme force du dedans..." contribue à "sa survie", car affirme-t-il "c’est la seule mission qui me vaille ici-bas".
Autrement dit, ce qui fait tenir Didier Ayres, on l’aura compris, c’est l’écriture car elle lie le dedans et le dehors. Ce sont les mots qui assurent le continuum entre la vie intérieure et "un réel" qui avoue-t-il le "fait souffrir".
Et c’est cette incoercible souffrance, "cette peut terrifiante qui se jugule" en le "scindant en deux" qui génère "les sanglots, les cris du dedans étouffés".
Les larmes de Didier Ayres nous font immanquablement songer à celles de Michèle Finck qui vient de publier chez Arfuyen son remarquable recueil "La connaissance par les larmes".
Chez nos deux poètes, les écrits renvoient à la mystique cistercienne du XII e siècle qui nous enseigne que les larmes témoignent de la présence du divin et du sacré.
Et quand Didier Ayres doute de la cohérence de "son projet littéraire" et "trouve de l’indécence à expliquer les rêveries du dedans", le lecteur ne peut que partager avec lui ses interrogations qui sont celles de tous les frères humains. Car l’obscur qui travaille en lui, travaille également en chacun d’entre nous !
Aussi l’ouvrage de Didier Ayres est-il précieux pour cette raison, avec lucidité il nous l’explique fort bien dans un passage éclairant :"Néanmoins, cette nuit obscure qui nous traverse - cette espèce de puits d’eaux primaires, comme l’est notre désespoir, est aussi une façon de se trouver en soi, de se restituer au milieu de ses angoisses, d’où le besoin du témoin".
L’auteur justifie ainsi sa quête qui met en lumière de la manière la plus fulgurante qui soit, le travail du poète qu’il appelle "la bataille même pour survivre".
Cette bataille lumineuse, sans concession, n’est autre que cette faille dans l’être que l’écrivain tente de combler. Car la déchirure entre le dedans et le dehors est pour Didier Ayres une véritable douleur."Une douleur est une douleur", martèle-t-il. Ce cri de lumière qui traverse le poète, nous le percevons, cette "violence" qui "soigne le désespoir", paradoxalement apaise le lecteur, le libère un temps de ses peurs et de ses contraintes pour l’éclairer quant à sa propre vie intérieure.

Françoise Urban-Menninger



Livres du même auteur
et autres lectures...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


©e-litterature.net - ACCUEIL