18 ans !





Accueil > LITTERATURE > Zoo des Chimères de Chantal Robillard

Zoo des Chimères de Chantal Robillard

Paru aux Editions Voy’el

mercredi 28 mars 2018 par Françoise Urban-Menninger

Déjà publié aux éditions Argemmios en avril 2013, ce "Zoo des Chimères" réapparaît comme par enchantement aux éditions Voy’el sous la direction de Nathalie Dau avec des illustrations de Mathieu Coudray dont la couverture, représentant une licorne, nous entraîne dans le sillage du bleu des songes...

Car nul doute que dans ce "Zoo des Chimères" les créatures les plus étranges n’ont qu’une envie, celle d’aller à la rencontre de notre imaginaire ! Et d’entrée, nous sommes comblés, car après avoir essuyé une tempête, le parc zoologique nous offre "le vrai-vrai début de la fin...." ! Ce qui n’est pas peu dire...

Et voilà que des nains poussent à tout va autour d’une fontaine en forme de Blanche Neige, que des oies et non des cigognes "apportent les bébés" mais qu’à y regarder de plus près comme le fait une étudiante, ces" bébés" ne sont autres que des chats et la jeune fille de s’écrier "Le petit chat est mort"....On pénètre alors dans un univers loufoque où les clins d’oeil et références à la littérature abondent. Les images et sonorités sont également de la partie dans cette fête des jeux de l’esprit à nulle autre pareille. Dans "Vaches de bêtes", on lit et on entend le beuglement dans "quand mêêême", les jeux de mots se font signe ou cygne...Quant à Perec, on se se le remémore dans le texte "Diomirage" où Chantal Robillard décline la fameuse litanie de "Je me souviens..."

Mais le nec plus ultra n’est autre que "La sirène et la licorne" où l’on se régale avec la description d’une bête qui affole les linguistes lorsqu’elle récite par coeur La Fontaine ! On ressort de cette lecture comme "la petite Carroll" qui possède le don de rapetisser ou de grandir telle l’Alice au Pays des Merveilles, mais ceci est une autre histoire...Car le vrai lapin blanc de ce zoo plein de fantaisie et d’humour, c’est l’écriture drolatique, enjouée, émaillée de trouvailles de Chantal Robillard, véritable magicienne du verbe qui nous octroie un laisser-passer en terre de poésie à l’instar de ce superbe texte "Le Blues de la belle boudeuse" qui fait danser les allitérations sur le bout de la langue, un texte dédié à la mémoire d’Yves Berger qui l’apprécia à juste titre !

Françoise Urban-Menninger

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


©e-litterature.net - ACCUEIL