Michel Houellebecq
Amélie Nothomb
Khalil Diallo
Murielle Szac
Akira Mizubayashi
Emmanuel Ruben
 Virgile
Xavier de Moulins
 Sojourner Truth
Laocratia Lakka

22 ans !

Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Les noces barbares - Yann Queffélec

Les noces barbares - Yann Queffélec
mercredi 24 août 2022 par Jean-François Ponge

Pour imprimer


Gallimard (collection Folio), 1987, 343 pp.

L’histoire de Ludovic commence par un bal du quatorze juillet. Nicole, la fille du boulanger, y rencontre Will, un jeune soldat américain venu fêter avec ses copains son dernier jour en France. En 1966, notre pays s’est retiré du commandement intégré de l’OTAN, les camps américains doivent être rapidement évacués et les soldats rapatriés. La fête va se poursuivre au camp et, l’alcool aidant, va rapidement dégénérer. Nicole est sauvagement violée, et donnera naissance neuf mois plus tard à un garçon, l’enfant "de la honte", que personne, mère et grands-parents compris, n’acceptera. Pour en faire la mémoire vivante de la "faute" de leur fille, les grands-parents affublent Ludovic de la robe déchirée et ensanglantée de sa mère, qu’elle portait au moment du viol. Il va rester huit années ainsi, enfermé dans un grenier, sans la moindre manifestation d’amour maternel et sans le moindre apprentissage des codes de la vie en société. On aura vite fait de le cataloguer comme idiot, sans se préoccuper outre mesure du traitement inhumain qu’on lui a fait subir. Le reste de sa courte vie sera à l’encan, et l’auteur ne nous épargne rien de l’horreur de la condition humaine, qu’il s’agisse des victimes de la bêtise et de la méchanceté, tel Ludovic, ou des bourreaux qui vont s’acharner sur lui. L’enfance maltraitée est un thème qui a inspiré bien des écrivains, de Victor Hugo ("Les misérables"), à Jerzy Kosinski ("L’oiseau bariolé"), sans oublier Hervé Bazin avec son célèbre "Vipère au poing", mais ici se pose la question de la responsabilité de l’auteur par rapport à l’atrocité des personnages et des situations qu’il décrit. Faut-il en rire, tellement le monde dans lequel on est plongé semble irréel, ou bien en pleurer, tellement on se sent au cœur d’une réalité que l’on préfère habituellement ne pas voir ? J’avoue très franchement être incapable de porter un jugement sur ce roman, qui m’a dérouté comme m’avait dérouté une autre œuvre, ultérieure, de cet écrivain ("Noir animal" ou" La Menace"), portant cette fois sur le racisme. Je soupçonne l’auteur de n’avoir aucun message à nous délivrer face aux horreurs qu’il décrit avec, à mon avis, une certaine complaisance. J’en retire une sensation de dégoût, comme un goût de vieille serpillière, dont je ne parviens pas à me débarrasser…





------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Et si vous restiez avec nous, il y a tant de choses à lire !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL