|couper{150}|textebrut)" />
Lydie Salvayre
Luc Blanvillain
Claude Luezior
Emmanuel Roïdis
José Morella
Cristian Fulaç
Maurice Carême
Toni Morrison
Thanassis Hatzopoulos
Michel Houellebecq

22 ans !

Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Les lunes de Mir Ali - Fatima Bhutto

Les lunes de Mir Ali - Fatima Bhutto
samedi 5 novembre 2022 par Jean-François Ponge

Pour imprimer


Les Escales, 2014, 320 p., traduction de Sophie Bastide-Foltz

Le Pakistan, un pays où fait rage la corruption, en proie au soulèvement des populations limitrophes de l’Afghanistan, les fameuses "terres tribales". Tel est le cadre de ce roman, écrit au vitriol, au travers des destins contrastés de trois frères issus de la bourgeoisie de Mir Ali, une ville frontalière du Nord Waziristan. Sikandar est médecin à l’hôpital public, Aman Erum, l’aîné, est de retour de ses études aux États-Unis et Hayat, le plus jeune, milite pour la même cause que son père : la liberté. Le livre se resserre au cours d’une matinée, mais les souvenirs déferlent, embrassant les années d’enfance et de jeunesse des protagonistes, nous donnant l’occasion de plonger au cœur des événements qui ont agité cette ville en sécession et sous contrôle permanent de l’armée. Les personnages sont attachants, notamment la jeune et valeureuse Samarra, qui accompagne Hayat au cours de cette matinée. Malgré quelques maladresses d’écriture, qui obligent le lecteur à chercher constamment des repères dans le temps, on se laisse aisément porter par le souffle de ce récit qui nous plonge dans une actualité brûlante. Malheureusement, le message délivré par l’auteure est assez flou. Ses convictions personnelles l’amènent à dénoncer les dérives d’un pouvoir central qui se laisse gagner par l’appât du gain et joue un double-jeu dangereux avec l’Occident (personne n’a oublié les rétro-commissions qui ont été à l’origine de l’attentat sanglant de Karachi en 2002). Mais la façon dont elle présente les combattants talibans, qui ont pris la tête de la sécession, laisse dubitatif lorsque l’on connaît leur cruauté et le sort qu’ils réservent aux femmes, au nom d’une lecture passablement obscurantiste des textes sacrés : elle les désigne plusieurs fois au cours du récit du nom de "justes" ou de "purs". Quelle justice ? Quelle pureté ? Celle dont on peut admirer le visage lumineux en troisième de couverture, que fera-t-elle lorsque les "étudiants" auront pris le pouvoir dans son pays ?





------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Et si vous restiez avec nous, il y a tant de choses à lire !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL