Lydie Salvayre
Luc Blanvillain
Claude Luezior
Emmanuel Roïdis
José Morella
Cristian Fulaç
Maurice Carême
Toni Morrison
Thanassis Hatzopoulos
Michel Houellebecq

22 ans !

Accueil > LITTERATURE > Émeutes, vol au-dessus d’un nid de pavés - Claude Luezior

Émeutes, vol au-dessus d’un nid de pavés - Claude Luezior
mardi 8 novembre 2022 par Pierre Sommet

Pour imprimer


73 p., Cactus inébranlable éditions, Belgique, 2022,
IBSN : 978-239049-054-8

Ich bin das Schwert, ich bin die Flamme.
Ich habe euch erleuchtet in der Dunkelheit,
und als die Schlacht begann, focht ich voran
in der ersten Reihe.

Hymnus
(poème de Heinrich Heine)

„Je suis l’épée, je suis la flamme“, clame Heine, le plus Français de tous les poètes allemands. C’est le combat livré par Claude Luezior dans une cinquantaine d’ouvrages dans des genres très divers. Le dernier en date, Émeutes, certes un opuscule, mais à la prose dense, foisonnante, parfois torrentielle, est un petit chef-d’œuvre.

Luezior, écrivain prolifique aux multiples facettes, poète-clinicien, est un fin observateur d’une société en déliquescence. Impossible de „survoler“ Émeutes, au sous-titre subtil et parodique, tiré du roman de Ken Kesey, „Vol au-dessus d’un nid de coucou“ et du célèbre film de Forman avec Jack Nicholson dans le rôle d’un criminel génial simulant la folie dans un hôpital psychiatrique. Et si le mot „cuckoo“ en anglais désigne le coucou, il signifie aussi en argot américain l’excentrique, le dérangé, le fou. Alors, Claude Luezior, un „schräger Vogel“, „un drôle d’oiseau“, selon l’expression allemande, un écrivain un peu déjanté ? Au premier abord, son style très particulier intrigue et peut dérouter le lecteur.

Le lyrisme va de pair avec un sens aigu de la dérision. Un style d’une part „verlainien“ dans la mesure où le poète-émeutier „cisèle les mots comme des coupes“ (Verlaine), et d’autre part fulminant, percutant, avec des accents rimbaldiens de révolte teintée d’un humour grinçant, de désillusion et d’un profond dégoût pour les dérives d’une société de plus en plus clivée, de désarroi aussi devant le chaos et la violence aveugle et aveuglante qui caractérise les meutes, toutes les émeutes. Le déchaînement des black blocs obscurantistes „complotant contre les Lumières“ „les braillards“ à l’assaut du Capitole, fournissent deux exemples de l’incurable et incommensurable bêtise humaine.

Mais l’empathie est aussi au cœur du livre, car la maltraitance et la souffrance sont dans les deux camps. Le policier qui matraque un manifestant ou même, au nom de l’ordre, lui tire dessus, au risque de l’éborgner, n’est-il pas lui aussi un brave père de famille ayant un mal fou à joindre les deux bouts ? Le mal vient d’en haut, le mal vient d’en bas. Luezior pose une question essentielle :“L’humanité est-elle un chaînage de violences légitimées par tel pouvoir, folie, idéologie, ethnie et parfois tel ou tel dieu ? Ce faisant, il nous incite à la réflexion.

Claude Luezior, jongleur de mots virtuose, ne forge pas seulement des phrases-poignards acérées et poignantes, les torches enflammées qu’il lance, sont quelquefois des clins d’œil à l’histoire. Ainsi, évoquant les gilets jaunes :“Au fond, prenez-les tous, Dieu y reconnaîtra les siens.“ est une allusion ironique au Massacre de la Saint-Barthélemy, le 24 août 1572, et à l’ordre donné par Catherine de Médicis d’éliminer d’abord les chefs protestants. „Tuez-les, mais tuez-les tous.“ Et la populace catholique s’en donna à cœur joie.

Les émeutes sont vieilles comme le monde, les soulèvements populaires sont collectifs et irrationnels, parfois justifiés dans une société aussi inégalitaire. La faim peut rendre un individu fou et criminel, aucun poète ne l’a mieux exprimé que Jacques Prévert dans „ Déjeuner du matin“. Et les émeutes sont aussi personnelles. Chaque homme dans sa nuit est enserré dans l’étau angoissant de ses émeutes intérieures. Émeutes est un livre émouvant, au premier sens du terme.

„Mais peut-être un jour viendra-t-il, un jour où on verrait les pavés s’envoler tels les oiseaux du paradis.“ Les maux, eux aussi, réussirent à s’évader de la boîte de Pandore et à s’envoler et se répandre sur la Terre pour s’abattre sur les hommes. Seule au fond de la boîte resta l’espérance, frêle et frissonnante.
Le monde n’étant jamais comme il faut, prenons nos responsabilités, protestons intelligemment et gardons espoir, nous dit à sa manière le combattant et l‘humaniste Claude Luezior.

Il est l’épée et la flamme. Émeutes : à lire absolument.

Pierre Sommet

Anc. Directeur du département des langues étrangères à l’Université populaire de Krefeld en Allemagne



Livres du même auteur
et autres lectures...





------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Et si vous restiez avec nous, il y a tant de choses à lire !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL