Hölderlin
Michel Schneider
André  de Richaud
Albert Camus
Gilles Leclerc
Aldo Naouri
David Diop
Amos Oz
Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul

18 ans !




Accueil > Editos > Question de style

Question de style
mardi 8 mai 2012 par penvins

Si important, bien sûr, le style, non pas la manière de dire, ni non plus un exercice de virtuosité, mais le travail de la langue pour atteindre l’essentiel, dans ces effets de résonance qui vous sont propres, la syntaxe, la structure du vocabulaire, comme on parle de structure moléculaire, organisées depuis le tout début en un assemblage unique, couches superposées s’appuyant les unes sur les autres, non en un pur hasard, ni simple jeu comme d’aucuns s’évertuent à vous le faire croire, mais fruit de cette longue histoire qui vous a façonné et qui sans doute témoigne de cette difficulté que vous avez toujours eu à vous faire entendre dans la langue commune.

Et vous savez bien que, pour eux aussi, dont le style est tellement sophistiqué qu’il semble un défi à la syntaxe, dans ce vocabulaire si recherché, c’est cette sophistication même qui révèle quelque chose qui appartient à l’être le plus intime, soif d’être le premier, l’unique, l’enfant choyé, rage de ne l’avoir pas été peut-être, à moins qu’il ne s’agisse de quelque accident qu’il importe d’enfouir sous une masse impénétrable, d’enterrer si profond qu’aucune érosion, aucun séisme ne puisse jamais en dévoiler l’horreur. À ça qu’il sert le style, à inscrire le vrai visage de celui qui écrit, et toute esthétique est relative, et il n’existe aucun absolu de la beauté de la langue, pas même l’harmonie qui n’est qu’un leurre, une manifestation morbide, un corps cadavérique, une femme frigide dont vous redoutez la fascination qu’elle inspire. Comment pourriez-vous la supporter autrement qu’en apparence, cette beauté mortifère, accorder la moindre confiance à ses charmes, ne pas vous étonner que d aucuns parmi les plus doués de leur génération s`y laissent prendre entraînant Éros avec eux sur le terrain boueux de la nostalgie ?

Ce style-là, parfois, vous charme, vous envoûte, magie vaudoue, à trop vous laisser bercer par sa musique vous perdez vos repères et puis vous vous ressaisissez, reprenez vos esprits, tentez l`aventure de ces sons jazzy, de leur parti pris de dysharmonie, cassant les codes, expulsant le lecteur de son confortable cocon, menaçant ses habitudes séculaires, heurtant les convictions les plus intimes, ce style est le vôtre qui ne doit rien, sinon sa rage, à l’encre violette des anciens exercices.

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Messages

  • Intéressant votre article qui rejoint en de nombreux points mes propres idées sur la pensée et son ADN, le style vue comme une génétique particulière. Et votre texte me rappelle également Marthe Robert et sa théorie du roman.
    Merci à vous pour cette lecture.

    Roland.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


©e-litterature.net - ACCUEIL