Jean-Marie Rouart
Cyril Anton
Valery Zabdyr
Amin Maalouf
Akira Mizubayashi
Valentina Casadei
Agnès Desarthe
Caroline Deyns
Jean Louis Debré
Agnès Desarthe

23 ans !




Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Lord Jim - Joseph Conrad

Lord Jim - Joseph Conrad
dimanche 31 janvier 2010 par Jean-François Ponge

Pour imprimer


Librairie Générale Française, collection Le Livre de Poche Biblio, 2007, 506 pp. (traduction d’Odette Lamolle, postface de Sylvère Monod)

Un récit dans le récit, qui ravira le fan-club de Stefan Zweig. Jim (on ne saura pas son nom de famille, ni celui de tous les personnages), est second sur un navire marchand transportant plusieurs centaines de pèlerins vers La Mecque, commandé par un capitaine à la moralité plus que douteuse. À l’occasion d’un naufrage dans l’Océan Indien, il va fuir le navire en train de sombrer, en compagnie du capitaine et de sa clique, et gagner ainsi la vie sauve sans avoir porté secours aux occupants, tous disparus. À l’issue d’un procès maritime, auquel il aura eu le courage d’assister alors que les autres membres de la bande ont réussi à se défiler à temps, il sera déchu de son titre et vivra ensuite dans la honte perpétuelle de la faute qu’il a commise. Tel est le point de départ d’un récit qui va nous emmener dans les coins les plus reculés d’une Asie insulaire dominée à l’époque (victorienne) par l’Empire Ottoman et les grandes puissances occidentales. Dans un monde régi par la cupidité et la lâcheté des puissants (une peinture sans concession de la “Belle Epoque”, tout actuelle) “Lord” Jim, ainsi appelé par les habitants d’une île imaginaire peuplée de malais, va racheter sa faute en devenant un parangon de sagesse et de courage, jusqu’au jour où le monde qu’il croyait fuir va se rappeler à son bon souvenir. Une peinture sans concession de l’âme humaine, dans tous ses replis visibles et invisibles, où l’auteur a mis une bonne part de ses angoisses face à son propre passé. Un récit tortueux, parfois ennuyeux dans sa première partie (le procès, qui n’en finit pas...) mais qui restera gravé dans la mémoire du lecteur. Malgré le décor, maritime à souhait, la mer dans ce beau récit à quatre voix (Jim, Marlow, Stein, Brown) est avant tout une mer intérieure...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?