Jean-Marie Rouart
Cyril Anton
Valery Zabdyr
Amin Maalouf
Akira Mizubayashi
Valentina Casadei
Agnès Desarthe
Caroline Deyns
Jean Louis Debré
Agnès Desarthe

23 ans !




Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Victor Hugo : Romans - Volume 1 - Han d’Islande, Bug-Jargal, Le (...)

Victor Hugo : Romans - Volume 1 - Han d’Islande, Bug-Jargal, Le dernier jour d’un condamné, Notre-Dame de Paris, Claude Gueux
samedi 3 avril 2010 par Jean-François Ponge

Pour imprimer


Robert Laffont, collection Bouquins, 2002, 970 pp.

Il s’agit d’une édition intégrale des romans de jeunesse de Victor Hugo : Han d’Islande (1823), Bug-Jargal (1826, mais écrit bien avant), Le dernier jour d’un condamné (1829), Notre-Dame de Paris (1831) et Claude Gueux (1834). Le génie du romancier apparait dès “Han d’Islande”, qui est celui que je préfère : dépaysement, action, coups de théâtre, personnages hauts en couleur, tous les ingrédients sont là pour maintenir en haleine le lecteur du début à la fin de cette oeuvre de caractère populaire, où affleure déjà le moralisme social de l’auteur des “Misérables”. Victor Hugo, dès sa vingtième année, avait déjà tout inventé en matière de ressort dramatique : aujourd’hui, on classerait “Han d’Islande” parmi les thrillers fantastico-policiers et, réécrit en langue moderne, ce serait sans doute un best-seller. A côté de ce roman “gothique” d’un jeune poète encore inconnu, le spectaculaire “Notre-Dame-de-Paris”, écrit alors que l’auteur était en pleine gloire, apparait comme un drame ampoulé, truffé de références historiques plus que douteuses et de citations latines qui n’impressionnent plus grand monde aujourd’hui. Heureusement qu’il y a dans ce drame moyenâgeux à souhait quelques beaux morceaux d’anthologie, comme la prise d’assaut de la cathédrale par les truands de la Cour des Miracles. Le cinéma (ah, les lolos de Lollo !) et la comédie musicale s’en sont emparés et l’ont rendu populaire en le débarrassant de la culture livresque que le jeune Victor, en pleine reconnaissance officielle (il avait reçu la légion d’honneur à 23 ans !), étalait en toute immodestie. Deux autres courts romans méritent le détour par leur force et leur caractére prémonitoire. “Le dernier jour d’un condamné” et “Claude Gueux” constituent des plaidoyers particulièrement convaincants en faveur de l’abolition de la peine de mort, qu’il aura fallu 150 ans pour voir disparaitre !

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?