Jacques Ferrandez
Jorge Semprun
Chantal Robillard
 Nimrod
Georges-André Quiniou
Philippe Sollers
Luc Blanvillain
Arundhati Roy
Jorge Luis Borges
Nâzim Hikmet

19 ans !




Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Arto Paasilinna - Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la (...)

Arto Paasilinna - Le potager des malfaiteurs ayant échappé à la pendaison
samedi 6 juin 2020 par Jean-François Ponge

Pour imprimer


Gallimard (collection Folio), 2012, 384 pp., traduction d’Anne Colin du Terrail

La Laponie, ses rennes et ses élans, ses sapins en habits de neige, tout un folklore né de l’imagination de quelques romanciers a fait de cette contrée hostile un lieu où l’on vient se ressourcer, revivre aux temps lointains où la fée électricité ne s’était pas encore penchée sur nos berceaux. Profitant de cet attrait, et dans l’espoir de "purifier" l’humanité, Ilova Kärmeskallio a acquis un vaste domaine, doté de parcelles agricoles et d’une ancienne mine de fer. En surface, on cultive des plantes aromatiques selon les principes de l’agriculture biologique, en profondeur, dans les galeries de l’ancienne mine, différentes espèces de champignons. Pour le personnel, elle fait largement appel au bénévolat (même un évêque en quête de rédemption s’est pris au jeu), mais l’offre ne suivant pas la demande il faut bien faire appel à des personnes ne venant pas nécessairement de leur plein gré. Comme on n’a pas de quoi les payer, rien de mieux que de recruter des volontaires d’office, malfrats divers et variés, qui vont, contraints et forcés, pouvoir trouver ici le salut par le travail : "Arbeit macht frei", cela ne vous rappelle rien ? Mais si, cherchez bien… Un beau jour, ce paradis perdu voit arriver un certain Jalmari Jyllanketö, soi-disant agronome certificateur, chargé de vérifier la certification "bio" du domaine. En réalité, Jalmari appartient aux services secrets finlandais et est chargé d’enquêter sur les agissements assez troubles de cette organisation "charitable". Mais voilà que notre faux certificateur, armé à son arrivée de fortes réticences, va se prendre au jeu, tombé sous le charme de ce rutilant phalanstère, et surtout de la fille de la patronne. Dans une ambiance grandguignolesque, de faux en faux on arrive à des situations plus abracadabrantes les unes que les autres, pour finir dans une vision idyllique d’une utopie qui n’est au final rien d’autre qu’un camp de concentration au pays des nains de jardin. Mais c’est très bien écrit et on dévore les pages, en se demandant jusqu’au bout quelle va être la morale de l’histoire. Eh bien, il n’y en a pas, et c’est bien là le problème car tout le monde peut y trouver son compte si l’on prend les choses au premier, au second voire au troisième degré. Et les Lapons (Samis), dans tout ça ? Eh bien, il n’y en a pas, sans doute, trop petits, ont-ils disparu au fond de la mine…

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL