Jean-Marie Rouart
Cyril Anton
Valery Zabdyr
Amin Maalouf
Akira Mizubayashi
Valentina Casadei
Agnès Desarthe
Caroline Deyns
Jean Louis Debré
Agnès Desarthe

23 ans !

Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Total Khéops - Jean-Claude Izzo

Total Khéops - Jean-Claude Izzo
mercredi 28 septembre 2022 par Jean-François Ponge

Pour imprimer


Gallimard (collection Folio policier), 2001, 352 pp.

Le titre, un hommage personnel de l’auteur à un des créateurs d’un célèbre groupe de rap marseillais, évoquera sans doute à bien des lecteurs un "chaos total". Et c’est bien de cela qu’il s’agit. Le Marseille des années 90, en plein bouleversement urbanistique avec l‘expulsion des populations immigrées du centre-ville et leur relogement forcé dans les fameux "quartiers nord", est le théâtre d’affrontements sanglants entre bandes rivales cherchant à s’approprier le juteux marché de la drogue et de la prostitution, auparavant tenu par quelques "grandes familles". C’est dans ce contexte "explosif" que Fabio Montale, un simple flic de quartier, récemment de retour dans sa ville natale, va mener son enquête sur l’assassinat de Manu et Ugo, ses deux amis d’enfance, et de Leila, violée et tuée de trois balles dans le dos. Ami des immigrés de toute obédience, mais aussi des prostituées et des petits malfrats, Fabio Montale détonne dans un milieu où il est de bon ton de "casser du bougnoule", sinon en actes du moins en paroles. Son enquête va donc s’avérer particulièrement délicate car il doit compter avec des collègues ayant des objectifs et des méthodes aux antipodes de sa conception humaniste du métier de policier. Jean-Claude Izzo inaugure, par un polar associant un lyrisme exalté à une écriture d’une efficacité redoutable, sa célèbre "trilogie marseillaise", plus d’un demi-siècle après celle de Marcel Pagnol. Son esprit séditieux à l’égard des "puissants" de ce monde, officiels et officieux, la qualité de son écriture, en font un égal de ses aînés des années 70, Jean-Patrick Manchette, Jean Vautrin (première manière) et Pierre Siniac. Mais Izzo va beaucoup plus loin dans l’empathie avec ses personnages, sa personnalité singulière se fondant totalement dans ce policier au grand cœur qu’est Fabio Montale, un "vilain petit canard" que l’on ne peut que haïr ou aimer avec passion. On l’aura compris, j’ai choisi sans hésiter la seconde option…

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL