Jean-Marie Rouart
Cyril Anton
Valery Zabdyr
Amin Maalouf
Akira Mizubayashi
Valentina Casadei
Agnès Desarthe
Caroline Deyns
Jean Louis Debré
Agnès Desarthe

23 ans !

Accueil > LITTERATURE > MURmur - Caroline Deyns

MURmur - Caroline Deyns
jeudi 30 novembre 2023 par penvins

Pour imprimer


Quidam 2023

Dans Trencadis Caroline Denys écrivait son admiration pour Niki de Saint Phalle l’artiste qui s’était enfuie de son rôle de mère, ici dans MURmur, elle reprend comme en miroir le combat pour une féminité libérée, hors les murs qui attendent les prétendues infanticides celles qui entendent que leur soit reconnu le droit à disposer de leurs corps en refusant le rôle de mère à elles assigné par la société patriarcale.
Caroline Denys place au centre du combat des femmes le droit de disposer de leur corps sans avoir à rendre compte du rôle qui leur a été imposé par l’autre moitié de l’humanité d’assurer la perpétuation de l’espèce. Et bien sûr le déni du droit d’avorter, droit de refuser de mettre au monde et d’élever les enfants des générations à venir :
J’écris d’une époque et d’un pays délirants qui entérinent des lois punissant de prison toute femme dont la grossesse a été interrompue. D’un endroit où une moitié de la population accepte de n’être bonne qu’à porter les générations suivantes et sanctionnée pour y faillir. Il n’en a cependant pas toujours été ainsi.
Le mérite de ce texte n’est pas uniquement de revenir sur la criminalisation de l’avortement mais de souligner en quoi elle participe de l’enfermement des femmes, leur interdit d’échapper au rôle que la loi des hommes leur a réservé particulièrement après l’hécatombe de la première Guerre Mondiale. Le code pénal, en condamnant les femmes à assumer de risquer leurs vies pour que se perpétue la reproduction, n’inscrit pas seulement l’illégalité de l’avortement, il conforte la répartition des rôles et réduit les femmes à ce qu’il désigne comme leur fonction.
La mise en page vient souligner le propos, le texte lui-même est enfermé à l’intérieur de larges marges, qu’il finira par envahir :
Je transporte sur moi des explosifs qu’on appelle les mots.

La langue de Caroline Deyns désormais raconte autrement, sort de la prison où elle était enfermée, ses personnages n’ont pas de nom, ils deviennent universels :
Çà a franchi incidemment les lèvres de l’une, mais aurait pu être dans la bouche de toutes autres tant elles sont devenues, à ce moment-là du procès, à ce moment-là de leur exaspération, corps unique.
Quand « Faiseuse » ose :
Mais, Monsieur Le Juge, je ne suis pas coupable, c’est votre loi qui est coupable !

On reconnaît bien entendu à travers la fiction le procès de Bobigny :

Dans les couloirs, […] faire du bruit […] pour que toutes les captives […] puissent enfin entendre […] Pour continuer. Ensemble. À déMURer. DéMURmurer.



Livres du même auteur
et autres lectures...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL