François Cheng
Jacques Ferrandez
Jorge Semprun
Chantal Robillard
 Nimrod
Georges-André Quiniou
Philippe Sollers
Luc Blanvillain
Arundhati Roy
Jorge Luis Borges

20 ans !




Accueil > CINEMA > Innocents (The Dreamers)

Innocents (The Dreamers)

de Bernardo Bertolucci

mardi 16 décembre 2003 par Bigcat

Pour imprimer


Ce film qui divise la critique ne semble pas faire courir les foules, en dépit de son accroche racoleuse (« Mai 68 façon 69 »). Bertolucci, qui accumule les échecs depuis quinze ans, cherche à renouer avec le triptyque sexe, cinéphilie et politique qui a fait sa gloire.

Lorsqu’on aime le 7ème art, il est difficile de ne pas être ému par les scènes initiales à la Cinémathèque, qui mêlent images d’archives et reconstitution et jouent sur la nostalgie de la Nouvelle Vague, grâce notamment à la présence de Jean-Pierre Léaud. Rapidement, le récit nous conduit dans un immense appartement haussmannien (meublé et décoré dans un registre « bobo » avant la lettre), et, après une scène de repas où apparaît Robin Renucci en poète germanopratin, anglophone et friqué (!), évolue vers un huis-clos claustrophobique et sexuel, qui évoque évidemment « Le dernier tango à Paris », en plus ludique et plus infantile. Heureusement, la fluidité de la mise en scène permet d’avaler les couleuvres du scénario.

Voyeur (ou carrément vieux cochon ?) Bertolucci déshabille complaisamment ses jeunes acteurs et fait un peu le trottoir. Face à Michael Pitt, bel ange blond qui incarne l’ingénuité américaine, le très intense Louis Garrel (sosie de son père, le cinéaste Philippe Garrel) et la sublissime Eva Green (qui ne ressemble pas du tout à sa mère, Marlène Jobert), sont tous deux étonnants en jumeaux à la relation tantôt fusionnelle (et même quasi-incestueuse), tantôt perverse, qui se lancent perpétuellement des défis et entraînent leur nouvel ami dans une forme de triolisme pour le moins ambigu.

Derrière ses aspects régressifs et son côté pipi-caca-vomi qui peut rebuter les âmes sensibles, le film jouit d’une grande richesse thématique et s’avère symboliquement assez fort. Cependant, le propos général est pour le moins confus. Bertolucci semble dénoncer la superficialité des révolutionnaires de salon mais, sur fond de charge de CRS, il clôt le récit sur la chanson de Piaf « Je ne regrette rien ». Un final qui laisse pantois...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Messages

  • Pour ma part je trouve que c’est un chef-d’oeuvre mais encore faut-il avoir une vraie culture cinématographique pour s’en rendre compte, et je ne parle pas seulement des références explicites et peut-être nostalgiques. Si le sexe, le cinema et la politique ont eu leurs heures de gloire, est-il question de les censurer au cinema ? Est-ce d’ailleurs possible ?! Quant a la déco "bobo avant l’heure" , c’est là une des richesses du film que de mêler passé et présent. Voir Jean Pierre Leaud redire le mm texte qu’en 68 l’annonce tout de suite. De même, j’ai été frappée par la physionomie moderne des jumeaux , et je crois là encore que Bertollucci ne les a pas choisis par hasard.
    Bref, pour moi ce film est une révélation.
    Juste une petite suggestion en passant : dorénavant on devrait obliger les critiques à faire des films aussi.
    Bon visionnement.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?