18 ans !


La refonte du site entraîne quelques disfonctionnements temporaires dont nous vous prions de bien vouloir nous excuser.



Accueil > BEAUX-ARTS > Recent Sculptures & Drawings - Kiki Smith

Recent Sculptures & Drawings - Kiki Smith
dimanche 12 février 2017 par Jean-Paul Gavard-Perret

Kiki Smith, “Recent Sculptures & Drawings”, ARCO Madrid, 22 - 26 février 2017 , Galerie Lelong, Booth 9B07Galerie Lelong, Paris, 20 Mai- 13 Juillet 2017

L’œuvre de Kiki Smith témoigne de l’importance du corps. L’artiste s’attache à souligner la force et la dérision de l’organique humain. Elle montre déjà le mystère et la vulnérabilité de la chair. Elle explore des parties du corps : main, appareil digestif, bassin, foie avec des matériaux tels que le tissu, le papier, le verre et la céramique puis s’oriente vers d’autres organismes (animaux). Mais le proposest toujours le même : « Le corps est notre dénominateur commun et la scène de notre désir et de notre souffrance. Je veux exprimer par lui qui nous sommes, comment nous vivons et nous mourons ».

Le corps quel qu’en soit la nature et le genre est le reflet des passions et des souffrances de l’existence. Il reste la base d’une sculpture bien éloignée du travail abstractif de celle de son père (Tony Smith). Au minimalisme de ce dernier fait place l’anatomie humaine et le monde naturel. Mais si les sculptures, photographies et gravures de Kiki Smith abordent les thèmes du corps et de la nature elles réinventent tout autant les mythes et les contes de fées à partir de perspectives féminines.

Avec « Catching Shadows » Kiki Smith ouvre à la béance oculaire. Les deux orbites "disent" la prise du spectateur dans un regard qui devient le confident de ses opérations les plus secrètes soumises à des stéréotypes qui gardent la vie dure. A ce regard il manquait jusque là le poids de la mort : l’artiste lui accorde. Il ne peut plus se contenter de passer d’un reflet à l’autre. La mélancolie transcendantale qui s’exprime semble de nature à traverser la vision du spectateur jusqu’à atteindre un arrière-œil,un arrière monde : peut-être celui du royaume des morts.

Kiki Smith rappelle que nous sommes ses égarés provisoires. Notre foule est de plus en plus compacte. L’artiste ne cesse donc d’accorder à l’art les derniers outrages en entretenant une obsession portée bien plus à l’humour qu’à l’amour. La drôlerie de l’artiste suscite une irrésistible attirance voire une attraction irrépressible même s’il existe sous état larvé tout hérité d’un théâtre de la cruauté que n’aurait pas renié Artaud.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


©e-litterature.net - ACCUEIL