18 ans !


La refonte du site entraîne quelques disfonctionnements temporaires dont nous vous prions de bien vouloir nous excuser.



Accueil > Vos Travaux > Colette par le petit bout de la lorgnette

Colette par le petit bout de la lorgnette
mercredi 28 octobre 2015 par Société des amis de Colette

~ Colette par le petit bout de la lorgnette : Une grande figure tutélaire ~

Par le président de la Société des amis de Colette :

== Marie-Franç oise Berthu – Courtivron & échanges «  sous le manteau » année 2009 ==

Chère Stéphanie,

Je viens de lire votre livre sur l’image maternelle chez Colette. Le ton est moderne, enlevé, et je le trouve bien adapté à un public « young adult » lettres.

Je ne sais encore qui Simone a prévu pour le CR Cahiers \\ bleus Colette. Ce ne peut être moi qui suis trop partie prenante. Pour cette même raison, je suis un peu gênée pour en écrire.

Je me suis dit que ce livre ne fonctionnait pas comme un livre de critique ordinaire, et qu’il a été pour vous comme une catharsis, le moyen de soigner une épreuve que vous suggérez seulement (N’est-ce pas la meilleure vertu de l’écriture ?). La preuve est que vous placez ce livre à la croisée de trois figures tutélaires : celle, affective, de votre mère ; celle, sociale, de notre précieuse archiviste M Boivin ; sans oublier, celle tutélaire de la grande Colette (ça fait bien quatre et le compte\conte est « peau d’âne »).

Au titre de votre catharsis personnelle, votre livre mérite d’être traité avec délicatesse (et force gardé de la malveillance et autres\ « racontars »).

Pour ce qui est de la référence à mes ouvrages, elles sont tellement nombreuses que j’aurais mauvaise grâce à me plaindre de quelques absences ( l’aspect macabre des « gisants » votre p.28 // ma p. 16) l’expression « à la force du poignet » (votre p.92// ma p.66 Cahier 11 ; je me souviens que j’avais pesé, non sans humour, mes mots…) ou même de façon plus diffuse, dans la conclusion que Sido est le nouveau cactus à produire

Se situer par rapport à des figures (qu’elles soient ou non exemplaires, elles ont servi de béquilles) est certainement une des étapes de la maturité. Tout autre est de se démarquer jusqu’à l’étape finale qui est de tourner la page (le dos (de la) \ 4ème de couverture).

== £n concluant sur l’amour? Pourquoi pas ==

à condition de ne pas analyser que ce qui fait du bien\beau et d’en mesurer les manifestations\efforts littéraires (c’est à ce stade, ce que vous faites avec force dextérité\ professionnalisme)… Pas si facile de juguler tout ça. Mais plus la hauteur de vue est conservée (en même temps que l’analyse minutieuse, ce qui constitue le grand écart en quelque\s sorte\nt) , plus l’aura ( continuera à vous) être assuré…

£t dites vous bien, chère Stéphany, que si la littérature ne panse pas toutes les plaies,

L’âge bien vécu, Lui ,

En guérit un certain nombre…

Bon courage pour la suite ! (à fournir au secrétariat =svp=

Votre dévouée amie de littéRatures Colettiennes

Berthu (uni. Rennes)

Colette aux visaIges multiples ~Illustr de Florence Soltar~ Milieu de l’exemplaire, n°30 des Cahiers Colette, intitulé Echanges

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


©e-litterature.net - ACCUEIL