Khalil Diallo
Murielle Szac
Akira Mizubayashi
Emmanuel Ruben
 Virgile
Xavier de Moulins
 Sojourner Truth
Laocratia Lakka
Laurine Roux
Dieudonné Gnammankou

22 ans !




Accueil > CINEMA > Les poupées russes de Cédric Klapisch

Les poupées russes de Cédric Klapisch
mardi 5 juillet 2005 par Catherine Nohales

Pour imprimer


Ou l’on retrouve Xavier en Russie, en Angleterre, en France à Paris.

Cette suite de L’Auberge espagnole est un véritable régal.

Le héros, magnifiquement interprété par Romain Duris, dont nous aimons la spontanéïté, le jeu fin, qui rend si bien l’incertitude amoureuse, les états d’âme du perdonnage, cachetonne au lieu de se lancer franchement dans une grande carrière d’écrivain. Il est talentueux, Xavier, mais il ne trouve pas le courage, la volonté d’écrire son roman, du moins de le terminer. Que se passe-t-il, Xavier ?

Que d’éclats de rire quand on voit sa mine déconfite lorsqu’il comprend qu’il va être nègre d’une quelqonque célébrité ! Qu’il décide de sérieusement malmener les clichés amoureux lorsqu’on l’embauche pour une série télévisée ! Xavier débarque, naïf et charmant, dans le monde de l’industrie. Quelle déception pour l’éternel adolescent qu’il est encore ! Les requins de la télévision n’entendent que les espèces sonnantes et trébuchantes. Ce n’est surtout pas le lieu d’une révolution "romanesque" !

Xavier se plie et se perd comme il se perd entre les femmes qu’il séduit, qu’il suit.

Les poupées russes s’emboîtent mais notre personnage ne trouve toujours pas sa dulcinée. Les hommes aussi sont de doux rêveurs maladroits. Les gags du réalisateur font mouche car inventifs. Nous pensons notamment à la scène où Martine, grimée en princesse charmante, raconte son histoire à son petit garçon. Les effets visuels y sont très poétiques, très réussies. Quel décalage entre cette image kitsch de la princesse et le langage qu’elle adopte ! Il fonctionne à merveille !

C’est une belle comédie, vraiment bien réussie. Le personnage principal a beau être masculin, nous nous sommes identifiée sans problème. Qui, aujourd’hui, ne se reconnaîtrait pas en lui ? En cet éternel adolescent terrorisé à l’idée de grandir ? Ses interrogations sur l’amour si compliqué, ses doutes, sa tendresse, sa fragilité, nous pouvons les faire nôtres. Et c’est ce qui fait la grande force de ce film, en plus de sa mise en scène pleine de rires et d’inventions. Il s’adresse à tout le monde, aux femmes autant qu’aux hommes. Tout le monde est concerné par l’amour si compliqué.

Xavier saura-t-il le trouver ? Saura-t-il le voir en Wendy, la jeune Anglaise au coeur si tendre ?

Et puis Les poupées russes est un écho particulièrement positif au 29 mai. Ce jour, la France a dit non à l’Europe. La comédie de Cédric Klapisch dit le contraire, prend le contrepied de manière réjouissante.

C’est véritablement un très bon film.

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Messages

  • Le commentaire que je viens de lire est insignifiant, dégoulinant . Non tout le monde n’a pas envie de s’identifier à "cet éternel adolescent terrorisé à l’idée de grandir ".
    Que ces clichés sont gonflants...
    Qt à la mise en scène, allez voir du coté de Bresson (Pick pocket) et vous pourrez parler d’innovations.

    C’est un petit film, aussi mauvais que "L’auberge espagnole", qui plaira à ceux qui aiment Cabrel, Obispo, passer des heures devant la télé, lire un bouquin par an (de préférence un houelbec (je ne connais pas l’orthographe exact))...
    Quant aux autres, passez votre chemin.

    Pierre

    • J’ai aimé ce film : je le dis et je ne changerai pas d’avis. Par contre, ce qui me gêne considérablement, ce qui me révulse, c’est votre mépris infini pour toutes celles et ceux qui aiment Cabrel, Obispo mais qui n’ont jamais vu un Bresson et qui s’en passent.

      On retrouve dans votre remarque un dédain absolu pour tout ce qui est populaire. Vieille antienne. Rien d’original donc dans vos propos. Vous ne faites que nourrir un hiatus vieux comme la culture elle-même entre le public et la critique alors que la critique s’est tant trompée.

      Je n’ose vous demander si vous êtes allé voir Les Choristes. Je n’ose imaginer vos remarques sur ce film populaire.

      Rien de neuf, quoi.

      Bien à vous.

  • Moi j’aime bien le film et la critique !
    Les 2 sont du bon boulot !
    Mais je vois pas vraiment le rapport entre Obispo, Cabrel et les poupées russes ! J’ai adoré ce film tandis que ces 2 chanteurs sont pas vraiment mes préférés(je suis plutot rock:green day, evanescence...) ! Bien d’accord avec vous Catherine quand vous dites que Pierre n’aime apparement pas les films populaires !!En tout cas grâce à votre article j’ai eu une bonne note en français (même si on s’en fout !)donc merci !
    Manon (14ans)

  • Ce film est ennuyeux et vide, les dialogues prévisibles donc inintéressants, les acteurs ne sont pas convaincants (notamment Audrey Tautou). Rien à voir avec la légèreté (ô combien aimée) de l’« Auberge espagnole ».

    On dirait que Klapisch a fait un de ces films à l’eau de rose comme les scénarios de Xavier, en attendant de trouver le temps pour son Grand film ("écrire son romain").
    Si cela peut lui permettre de payer son loyer...

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?